" Atalanta-Valence a été une bombe biologique " selon un médecin italien — Coronavirus

25 Mars, 2020, 07:52 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Italie et Espagne: un match de Ligue des champions désigné comme le facteur X de la propagation du coronavirus

Le 19 février, au stade San Siro de Milan, plus de 40 000 tifosi ont célébré l'exploit historique de leur club, victorieux 4-1. En bus, en train, en voiture.

Certains sont allés directement au stade, d'autres ont passé la journée en ville, croisant et buvant des verres avec ceux de Valence autour de la place du Duomo. Ici, il y a 120.000 habitants et ce jour-là 45.000 sont allés à San Siro.

La menace était alors encore lointaine. Positif au coronavirus, le journaliste espagnol Kike Mateu est lui-même persuadé d'avoir été contaminé ce soir-là. Début mars, on apprenait ensuite qu'un homme mort le 13 février près de Valence était atteint du coronavirus, qui circulait donc dans la région avant le match à Milan.

Bergame, située au cœur de la Lombardie, est l'une des villes italiennes les plus touchées par le Covid-19. Des médecins soupçonnent le match de Ligue des Champions entre l'Atalanta et Valence du 19 février d'avoir grandement accéléré la propagation du virus. Beaucoup d'autres l'ont regardé de chez eux, en famille, en groupe, au bar.

La semaine dernière déjà, plusieurs spécialistes avaient admis que la tenue du match avait eu un impact sur la diffusion du virus.

"Je pense que l'épidémie avait commencé avant, dans les campagnes, pendant les foires agricoles ou dans les cafés des villages", avait-il tout de même précisé. "Atalanta-Valence a été une bombe biologique", estime Fabiano Di Marco, responsable du département pneumologie de l'hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame, au Corriere della Sera.

Francesco Le Foche, immunologiste dans un hôpital de Rome, explique au Corriere dello Sport que " le timing correspond et il a été le point culminant de l'euphorie collective dans une saison de football unique pour ce club ".

"Rétrospectivement, ça a été une folie de jouer ce match en public mais les choses n'étaient pas encore très claires", a-t-il estimé.

"C'était terrible de jouer ces matches". Un constat partagé par le capitaine de La Dea, Alejandro "Papu" Gomez.

Depuis la rencontre, des joueurs et des membres du personnel de Valence ont été testés positifs et les joueurs de l'Atalanta ont été mis en quarantaine.

Recommande: