Le traitement à base de chloroquine testé en Europe — Coronavirus

23 Mars, 2020, 22:39 | Auteur: Jonathan Ford
  • La Tunisie teste la chloroquine contre le coronavirus

Directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de l'université d'Aix-Marseille, il est, avec ses équipes de recherche, le meilleur spécialiste actuel au monde de l'utilisation de la chloroquine, un antipaludique commercialisé en 1949 et largement utilisé dans la prévention du paludisme (malaria). Alors qui est vraiment ce professeur controversé?

Alors que la situation continue de s'aggraver sur le front de la lutte contre l'épidémie de coronavirus en France (16 018 cas avérés et 674 décès désormais), six médecins ont fait le choix - à tort ou à raison - d'utiliser le fameux traitement à la chloroquine pour soigner les patients contaminés par le Covid-19. "Les patients, qui n'ont pas reçu le Plaquenil, sont encore porteurs à 90% du virus au bout de six jours, tandis que 75% de ceux qui ont reçu le traitement ne sont plus positifs", commente-t-il. Mais des voix appellent à la prudence, insistant sur la nécessité d'attendre de vastes essais cliniques menés selon la stricte orthodoxie scientifique pour valider ou non le traitement.

C'est le cas de François Bricaire, infectiologue et ancien chef de service à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris.

Des remarques qui sont sans doute très loin de perturber ce spécialiste des maladies infectieuses, qui navigue aussi aisément au milieu des 3 000 variétés de virus et de bactéries qu'il conserve au sein de son institut, qu'il ne se distingue par ses sorties médiatiques fracassantes. Il n'a surtout pas peur de sortir de la "pensée dominante", comme il la qualifie.

Lui ne se concentre "que sur les chiffres", met l'accent sur "l'observation", comme un vrai "scientifique, ce qui manque à ce pays", au contraire des "gestionnaires" qui sont dans la communication "sans filtres". L'hôpital de Nice aujourd'hui a été approvisionné avec Sanofi (ndlr: "en chloroquine), comme d'autres établissements hospitaliers de notre pays (...) il y a des protocoles et à partir du moment où le médecin hospitalier se tourne vers les familles en demandant si elles sont d'accord, eh bien tant mieux", a souligné Christian Estrosi qui lui-même va " bien ".

Par le biais d'un communiqué, les Pr Philippe Brouqui, Jean-Christophe Lagier, Matthieu Million, Philippe Parola, Didier Raoult et le Dr Marie Hocquart justifient cette décision en invoquant leur "devoir de médecin ". Olivier Véran, le nouveau ministre de la Santé, a déclaré échanger "tous les jours" avec lui au téléphone. Seule la suite de l'histoire nous dira s'il apparaîtra du bon côté.

Recommande: