États-Unis, Chine, Russie… la course au vaccin est lancée — Coronavirus

19 Mars, 2020, 22:08 | Auteur: Jonathan Ford
  • Coronavirus: l’essai clinique d’un vaccin débute ce lundi aux USA

Le premier participant a déjà reçu une dose ce 16 mars.

L'essai de Seattle étudiera l'impact de l'injection de différentes doses dans le tissu intramusculaire de la partie supérieure du bras et surveillera les effets secondaires - douleurs ou fièvre - chez les participants. Cependant, sa validation par les autorités sanitaires pourrait prendre plus d'un an. Ce vaccin contient l'information génétique de ce pic, dans une substance appelée "messager ARN". S'il s'avère efficace et sécurisé, le vaccin sera élargi dans une seconde phase au personnel hospitalier. Toutes trois sont spécialisées dans les thérapies à base d'ARN messager (ARNm), des molécules utilisées pour ordonner à l'organisme de produire sa propre réponse immunitaire afin de combattre les maladies.

Depuis l'apparition du virus Covid-19, les biotechs et laboratoires privés et publics du monde entier travaillent d'arrache-pied à la mise au point d'un vaccin pour éviter que le virus, particulièrement contagieux - son taux de reproduction se situe quelque part entre 2 et 3, contre 1,5 pour la grippe saisonnière -, ne fasse encore plus de victimes. De ce fait, il n'est pas nécessaire d'infecter la personne avec le virus.

Dr John Tregoning, expert en maladies infectieuses à l'Imperial College de Londres, au Royaume-Uni, a déclaré que ce vaccin utilise une technologie préexistante.

À l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille, le Professeur Raoult a annoncé ce mardi que les premiers essais de traitement par la chloroquine, un médicament déjà utilisé contre le paludisme, sont spectaculaires contre le coronavirus.

C'est la start-up Moderna Therapeutics, fondée en 2011, qui à l'origine de ce précieux sérum. Les antigènes créés par cette opération peuvent ensuite être reproduits à grande échelle.

David Loew, vice-président exécutif et responsable de Sanofi Pasteur, a estimé pouvoir disposer d'un candidat vaccin "dans moins de six mois" et potentiellement entrer en essai clinique "dans environ un an à un an et demi".

C'est une performance de réaliser des tests cliniques 60 jours seulement après l'identification du virus.

Après la Chine et l'Europe, le Coronavirus débarque aux États-Unis.

De son côté, l'entreprise Regeneron essaie d'isoler les anticorps capables de lutter contre le virus, puis de les administrer par intraveineuse, pour apporter une immunité temporaire.

Financé par l'État américain, cet essai doit durer six semaines, et est testé sur 45 volontaires.

Recommande: