Les îles Caïmans, un paradis fiscal selon l'UE

21 Février, 2020, 02:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Parlement européen.                          Crédit Thomas Savage  TelQuel

Mais dans le même temps, dix-sept pays sont sortis de la liste grise, qui vise à surveiller les juridictions à la limite de la liste noire, la réduisant à treize inscrits. " Le pays d'Amérique centrale était parvenu, avec le soutien politique de l'Espagne, à sortir de cette liste en mars 2019", rappelle le quotidien. Les Seychelles ont, quant à elles, été épinglées pour leur " régime fiscal préférentiel préjudiciable", poursuit le journal new-yorkais.

La liste européenne avait été créée en décembre 2017 à la suite de plusieurs scandales, dont les Panama Papers et LuxLeaks, pour mieux lutter contre l'évasion fiscale des multinationales et des grandes fortunes.

Les îles Caïmans sont le premier territoire d'Outre-mer britannique à passer sur la liste noire de l'UE.

Les îles Caïmanes, un territoire britannique d'outre-mer dans les Caraïbes, ont été répertoriées parce que les fonds d'investissement basés là-bas ne reflètent pas la véritable activité économique de l'archipel, selon le document.

Le Maroc a été maintenu dans la liste grise des paradis fiscaux de l'Union européenne (UE), c'est qu'a décidé le Conseil "Affaires économiques et financières" (Ecofin) lors de sa réunion tenue mardi à Bruxelles et au cours de laquelle il a adopté des conclusions révisées sur la liste de l'UE des pays et territoires non coopératifs à des fins fiscales.

Ces pays et territoires n'ont pas mis en oeuvre dans le délai convenu les réformes fiscales qu'ils s'étaient engagés à réaliser. "Cela envoie un signal clair que l'idée de transformer le Royaume-Uni en paradis fiscal ne sera pas acceptable pour l'UE", a déclaré l'eurodéputé allemand Markus Ferber (PPE, droite), spécialiste du sujet [The Independent].

La liste noire de l'UE comprend actuellement huit pays ou juridictions: les Samoa américaines, les Fidji, Guam, Oman, le Samoa, Trinité-et-Tobago, les Îles Vierges américaines et le Vanuatu.

La Turquie, elle, évite de justesse ce déclassement, et reste sur la liste grise.

La Turquie a pour sa part bénéficié d'un an de sursis, même si elle n'a pas mis à exécution les transferts automatiques d'informations fiscales avec la totalité des Etats membres de l'UE. " Une autre année a donc été donnée à Ankara pour commencer à partager ses données avec les 27 Etats membres", poursuit le journal.

Le Conseil des ministres européens de l'Economie et des Finances s'est réuni, mardi à Bruxelles, pour examiner un certain nombre de questions relatives notamment aux relations économiques avec les pays tiers.

Recommande: