We Love Green, Main Square Festival... Les déprogrammations continuent pour Koba LaD

19 Février, 2020, 13:40 | Auteur: Sue Barrett
  • Le rappeur de 20 ans a supprimé son post. La direction du Main Square attend ses explications

La question est posée et se pose aux organisateurs depuis quelques heures. Dimanche, le rappeur Koba LaD a relayé un article de presse qui raconte comment un père de famille a tué son fils parce qu'il était gay. L'artiste a déjà été déprogrammé par plusieurs festivals dont le Main Square Festival à Arras, le Garorock à Marmande, le Dour Festival en Belgique, et le VYV Festival à Dijon. Capture assortie d'un émoji approbateur et de la légende "Bien joué".

Le Main Square Festival se décrit en outre comme "un espace de partage, de tolérance et de bienveillance, valeurs qui font partie de l'ADN du festival et de son territoire". "Vivre ensemble, accepter l'autre tel qu'il est, s'opposer à toute forme de discrimination, c'est ce que défend le VYV Festival, c'est même le cœur de son identité", concluent-ils. Koba LaD précise avoir partagé cette capture dans sa "foncedé" (sa défonce, une référence à la drogue, ndlr). "Nous condamnons tout propos discriminatoire". Récompensé de nombreux disques d'or mais aussi d'un disque de platine pour son dernier album, L'Affranchi, sorti en 2019, Marcel Junior Loutarila de son vrai nom est annoncé au programme de nombreux festivals prévus cette année: We Love Green, Garorock, Main Square Festival, Marsatac. "Malgré les excuses publiques de l'artiste sur sa maladresse, les idées véhiculées sont contraires à l'état d'esprit du festival", ajoutent les organisateurs. Des explications qui ont bien du mal à convaincre - c'est le moins que l'on puisse dire - puisque Koba est toujours en tendance sur Twitter et les tweets condamnant son comportement et ses propos se multiplient. Une publication capturée et partagée sur les réseaux sociaux par des internautes, avant qu'elle ne soit finalement effacée du compte du rappeur dans la journée. "Ses 'excuses' inappropriées et insuffisantes peinent à masquer l'homophobie décomplexée dont il a fait preuve", tweetait encore l'association nationale de lutte contre les LGBTphobies.

"SOS Homophobie s'est associée " à la vague d'indignations suite aux insinuations intolérables du rappeur Koba LaD qui se réjouit du meurtre d'un jeune gay ". Chacun pour soi et Dieu pour tous. "Après l'enfant gay franchement. chacun pour soi, dieu pour tous, voilà, là je suis en vacances, arrêtez de me prendre la tête." .

Recommande: