Post-Brexit: Londres adoptera un système d'immigration (très) sélectif

19 Février, 2020, 21:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Royaume-Uni va recruter des travailleurs qualifiés

Le système, beaucoup plus exigeant que l'actuel, suscite de fortes inquiétudes dans les secteurs qui ont massivement recours à de la main-d'œuvre peu qualifiée.

Pour obtenir un visa de travail à partir de l'an prochain, une fois terminée la période de transition du Brexit, il faudra présenter des compétences spécifiques, parler anglais et avoir déjà une proposition d'emploi avec un salaire minimum annuel de 25.600 livres (30.820 euros), excluant ainsi les travailleurs peu qualifiés ou peu rémunérés.

"Le gouvernement veut " encourager les personnes ayant les bons talents " et " réduire le nombre de personnes venant au Royaume-Uni avec de faibles compétences", affirme sans détour la ministre de l'Intérieur, Priti Patel. Il octroie un maximum de 20 points aux candidats qui gagnent au moins 30.820 euros par an et aucun point à ceux qui obtiendront le minimum requis de 24.600 euros.

Les visas étudiants seront également basés sur un système de points et ouverts aux "talents du monde entier ", à condition d'avoir reçu une proposition d'un établissement britannique, de parler anglais et de pouvoir subvenir à ses besoins. Vingt autres points sont accordés s'il a des "compétences appropriées " et vingt autres s'il parle l'anglais à un "niveau requis ". Dans la santé, ces mesures "vont provoquer un désastre absolu", a estimé Christina McAnea, responsable du principal syndicat du secteur public.

La Fédération de l'alimentation et des boissons s'est montrée inquiète d'une éventuelle pénurie au sein de métiers peu qualifiés comme "les assistants en boulangerie, les employés d'abattoir et tous ceux essentiels à toute une gamme de production de denrées alimentaires de base".

Mais selon le petit parti europhile libéral démocrate, dix mois ne suffiront pas aux entreprises pour se préparer, risquant de provoquer "le chaos et la confusion".

L'opposition a dénoncé les mesures. Certains Britanniques ont voté en 2016 en faveur de la sortie de l'Union européenne dans l'espoir que le Brexit contribue à diminuer le nombre de ressortissants étrangers arrivant dans le pays. Le contrôle de l'immigration avait été l'un des grands thèmes de campagne.

Le gouvernement britannique va dévoiler mercredi le nouveau système d'immigration à points qui sera utilisé dans le Royaume-Uni post-Brexit, privilégiant les "brillants" cerveaux au détriment des "travailleurs peu qualifiés".

Les quelque 3,2 millions de citoyens de l'UE qui avaient demandé à résider au Royaume-Uni avant l'issue du Brexit ne sont pas concernés. Le système attribuera des points selon les compétences, les qualifications et les niveaux de salaires et traitera les citoyens européens et non-européens "de manière égale".

Recommande: