Pavlenski a-t-il été manipulé et jusqu'où — Affaire Griveaux

18 Février, 2020, 04:08 | Auteur: Sue Barrett
  • Benjamin Griveaux en janvier 2020 à Paris

Benjamin Griveaux, candidat LREM à la mairie de Paris, se retire de la course. "Néanmoins, je remarque qu'il y a encore une sorte de technicité pour mettre en œuvre tout cela", a déclaré le représentant du gouvernement, se référant au "fait de construire un site Internet, le fait d'écrire parfaitement en français alors qu'évidemment Piotr Pavlenski parle français, mais avec quelques difficultés ". Le Parquet de la capitale française a retenu la "diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel" et l'"atteinte à la vie privée" contre la femme, dans le cadre de l'enquête ouverte samedi à la suite du dépôt d'une plainte contre X de M. Griveaux, a-t-on appris de sources concordantes. L'artiste russe, réfugié en France, assure à Libération vouloir "dénoncer l'hypocrisie" de l'ex-porte-parole du gouvernement. "Il a fait de la propagande des valeurs familiales traditionnelles", a-t-il affirmé.

L'avocat de M. Griveaux, Me Richard Malka, a qualifié cette justification de "grotesque" et dit douter que le Russe, qui se présente comme un artiste, soit le seul responsable de la diffusion des vidéos.

L'avocat et essayiste Juan Branco, qui dit avoir "conseillé" M. Pavlenski sur les vidéos à l'origine du retrait de M. Griveaux, était également présent à cette soirée de réveillon.

Il est lui-même au cœur d'un imbroglio: il a dénoncé le fait de ne pas pouvoir être désigné comme avocat de Piotr Pavlenski dans l'affaire Griveaux, mettant en cause le parquet de Paris.

Ce recours est pourtant conforme au code de procédure pénale, qui prévoit dans son article 63-3-1 qu'"en cas de divergence d'appréciation entre l'avocat et l'officier de police judiciaire ou le procureur de la République sur l'existence d'un conflit d'intérêts, l'officier de police judiciaire ou le procureur de la République saisit le bâtonnier qui peut désigner un autre défenseur".

Le bâtonnier de Paris, Maître Olivier Cousi, a annoncé ce lundi, qu'il ouvrait une enquête déontologique sur l'avocat Juan Branco.

"En l'état du dossier, je n'ai pas suffisamment d'informations permettant de prendre une décision concernant la poursuite par M. Juan Branco de la défense de M. Pavlenski", a expliqué Me Cousi.

Recommande: