Coronavirus : le bilan mondial approche les 1.700 morts

17 Février, 2020, 07:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Coronavirus le nombre de cas augmente après un changement dans le mode de détection

La ville de Wuhan, où est apparu en décembre le nouveau coronavirus, et la province environnante du Hubei restaient vendredi coupées du monde via un draconien cordon sanitaire en vigueur depuis plus de trois semaines.

Impossible de garder confidentielle plus longtemps cette triste réalité: dans les hôpitaux de Wuhan, de plus en plus de lits sont occupés par les médecins et infirmiers contaminés par leurs patients."À l'heure actuelle, les tâches des travailleurs médicaux sont extrêmement lourdes, les conditions de travail sont difficiles, les pressions psychologiques sont grandes et le risque d'infection est élevé", a reconnu le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Zheng Yixin, lors d'une conférence de presse vendredi soir.Le Covid-19 a infecté plus de 1 700 blouses blanches, en majorité dans la province du Hubei (87%) et 6 sont décédées des suites de la pneumonie virale, dont Li Wenliang, un jeune ophtalmologue parmi les premiers à alerter sur l'épidémie.

La Chine concentre 99,9% des morts dues au nouveau coronavirus dans le monde. Il s'établit désormais à 63.851 personnes atteintes.

Seuls quatre décès ont été enregistrés ailleurs dans le monde: un sur le territoire chinois semi-autonome de Hong Kong et les trois autres respectivement au Japon, aux Philippines et en France. Le ministère égyptien de la Santé a annoncé vendredi avoir enregistré le premier cas sur le continent africain.

Le Quotidien du Peuple, organe officiel du Parti communiste dans la capitale chinoise, a rapporté que toutes les personnes revenant à Pékin à partir de ce vendredi devaient se placer elles-mêmes en quarantaine pour une durée de 14 jours afin d'éviter une propagation du coronavirus Covid-19.

Le régime du président Xi Jinping fait face à une vague inédite de mécontentement pour avoir tardé à réagir à l'épidémie.

Signe des mesures draconiennes prises en Chine, la banque centrale a annoncé samedi que les billets usagés étaient désormais désinfectés et placés en quarantaine jusqu'à 14 jours, avant d'être remis en circulation.

Jusqu'à présent, un test de dépistage était indispensable pour déclarer un cas "confirmé". Dorénavant, les patients " diagnostiqués cliniquement " seront aussi comptabilisés. Cette nouvelle méthode a automatiquement gonflé le nombre de morts et de personnes officiellement infectées, avec l'annonce d'une envolée de plus de 15 000 nouveaux cas de contamination, le 13 février, et d'environ 5 000 le lendemain.

Zhong Nanshan, un expert médical chinois vétéran de la lutte contre le Sras (2002-2003), a déclaré s'attendre à un pic de l'épidémie "d'ici à la mi- ou la fin février".

Ils réaliseront des inspections sur le terrain, passeront en revue les mesures de prévention, visiteront des centres de recherche et formuleront des recommandations pour contenir l'épidémie, a précisé un porte-parole du ministère chinois de la Santé, Mi Feng.

Auparavant, le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus avait indiqué que le groupe préparatoire était dirigé par Bruce Aylward, épidémiologiste canadien et "vétéran d'anciennes urgences de santé publique", et que l'équipe était composée d'une dizaine d'experts internationaux. "Nous demandons à tous les gouvernements, toutes les compagnies et tous les médias de travailler avec nous pour faire retentir le niveau d'alarme requis sans attiser les flammes de l'hystérie".

Recommande: