Le Sénat vote pour brider Trump sur l’Iran, veto attendu — Etats-Unis

14 Février, 2020, 02:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Capitole Washington

Le Sénat américain a adopté jeudi une résolution visant à limiter une action militaire de Donald Trump contre l'Iran. La résolution doit contraindre le président à demander "un débat et un vote au Congrès", seul habilité à déclarer la guerre selon la Constitution, avant toute offensive contre l'Iran. Huit élus de son parti ont soutenu cette résolution. Le texte demande au président de ne pas engager les forces armées dans des hostilités contre l'Iran "ou toute partie de son gouvernement ou de son armée", sans autorisation explicite pour une déclaration de guerre ou une autorisation spécifique pour l'usage de la force militaire.

Les partisans de la résolution au Sénat affirment que leur objectif n'est pas de lier les mains à Donald Trump sur la scène internationale, mais d'accorder au Congrès entier le droit de décider avec qui les États-Unis doivent être en guerre. Téhéran avait répliqué en tirant des missiles sur des bases utilisées par l'armée américaine en Irak et plus de 100 soldats américains avaient souffert de "commotions cérébrales légères".

La mesure, qui devrait facilement être adoptée par la Chambre des représentants, a une portée symbolique, puisque le président Trump y opposera vraisemblablement son veto.

La résolution a été votée par 55 voix pour et 45 contre, selon les médias. Cela fait suite à la frappe américaine qui a éliminé le général Soleimani. Ainsi, le document a obtenu le soutien non seulement des sénateurs démocrates, mais également celui de certains de leurs collègues républicains.

Le milliardaire républicain estime quant à lui ne pas avoir "l'obligation" de solliciter les parlementaires avant d'ordonner des frappes militaires contre une cible ennemie.

Depuis 1973, la "War Powers Resolution" contraint le président américain à obtenir l'autorisation du Congrès pour toute intervention militaire de plus de 60 à 90 jours. Ces deux autorisations constituent la base juridique controversée des opérations américaines en Irak et en Syrie contre le groupe Etat islamique (EI).

En 2019, le Congrès avait déjà approuvé une résolution exigeant l'arrêt du soutien américain à la coalition militaire saoudienne dans la guerre au Yémen, à l'exception des opérations visant les groupes jihadistes.

Mercredi, Donald Trump avait exhorté les sénateurs, sur Twitter, à ne pas démontrer de la faiblesse et de tomber dans le piège des démocrates pour embarrasser le Parti républicain.

Recommande: