L’OMS donne un nouveau nom au coronavirus : "Covid-19"

13 Février, 2020, 04:05 | Auteur: Jonathan Ford
  • Coronavirus : ce n'est peut-être que la partie émergée de l'iceberg

En dehors de la Chine, où plus de 900 personnes sont mortes, l'épidémie du nouveau coronavirus pourrait s'accélérer avec la transmission de la maladie par des personnes n'ayant jamais voyagé dans ce pays, prévient l'OMS. Les chiffres appellent cependant à un optimisme prudent: pour la première fois depuis le 2 février, le chiffre journalier du nombre de contamination et de décès est en baisse.

Selon ses projections, fondées sur un modèle mathématique et tenant compte des derniers événements et des mesures prises par le gouvernement chinois, le pic épidémique devrait être atteint mi-février et le taux de nouvelles contaminations devrait ensuite connaître une phase de stagnation avant de commencer à décroître.

Après l'annonce de 97 décès supplémentaires, le nombre de morts s'établit ce mercredi à 1113 en Chine continentale, qui enregistre 99,9% des décès. Il a aussi annoncé que le nouveau coronavirus se nommait dorénavant COVID-19 après s'être provisoirement appelé "2019-nCoV". Un total de 44 653 personnes contaminées ont désormais été répertoriées en Chine continentale. Et les propos du professeur Gabriel Leung, épidémiologiste hongkongais spécialiste du nouveau coronavirus, ont été plus alarmants encore, dans le quotidien britannique The Guardian. Pékin avait fait état de 108 morts la veille. Mais "si nous investissons maintenant, (.) nous avons une chance réaliste de stopper cette épidémie", a-t-il souligné lors d'une conférence, qui rassemble à Genève jusqu'à mercredi 400 scientifiques afin de passer en revue les moyens de combattre l'épidémie.

À l'ouverture de la conférence, Tedros avait qualifié cette épidémie de "très grave menace" pour le monde, appelant les pays et les scientiques à intensifier les efforts et la coordination pour en venir à bout. Il s'agissait dans les deux cas de ressortissants chinois.

Le coronavirus inquiète dans l'Union européenne (UE), où plusieurs cas ont été déclarés en Allemagne (16), en France (11) et en Italie (3). Les ministres européens de la Santé se retrouveront jeudi à Bruxelles pour évoquer le sujet. Cet homme, qui a affirmé être "complètement rétabli", a ainsi transmis le virus à 11 autres personnes: cinq hospitalisées en France, cinq en Grande-Bretagne et une sur l'île espagnole de Majorque. Faute de protection adéquate, le personnel hospitalier de Wuhan, la ville chinoise à l'épicentre de l'épidémie, travaille à la merci d'une contamination par le coronavirus.

En RDC, Dr Jean-Jacques Muyembe, secrétaire technique du comité multisectoriel de lutte contre la maladie à virus Ebola, se montrait, fin janvier, optimiste par rapport à l'évolution de la lutte contre cette épidémie.

Recommande: