L'OMS parle de "très grave menace" pour le monde — Coronavirus

12 Février, 2020, 22:52 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le coronavirus constitue une très grave menace pour le monde selon le chef de l’OMS

" Si nous investissons maintenant (...) nous avons une chance réaliste de stopper cette épidémie ", a toutefois déclaré un peu plus tard hier l'OMS. Pour l'instant, 99,9% des décès enregistrés dans le monde l'ont été en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), où est apparue la maladie en décembre dans la grande ville de Wuhan (centre).

Pékin | Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a dépassé mercredi les 1100 morts, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) disant redouter une "très grave menace" pour la planète, même si le nombre journalier de nouvelles contaminations diminue.

Plus de 42 600 personnes ont, à l'heure actuelle, été contaminées en Chine continentale, et au moins 1 016 d'entre elles sont mortes.

Et le nombre de nouveaux morts (97) constitue la première baisse journalière depuis le 2 février. Il s'élevait mardi à 108.

L'optimisme prudent de ce vétéran de la lutte contre le Sras (2002-2003), rare personnalité publique à jouir d'un réel soutien populaire, est également partagé par l'OMS.

Il a également appelé les pays concernés à partager leurs informations, afin de développer la recherche sur la maladie.

A Hong Kong, plus de cent personnes ont été évacuées mardi d'une tour de 35 étages après la découverte de deux cas à deux étages différents, les autorités s'interrogeant sur une éventuelle contagion au travers de canalisations. Il s'agissait dans les deux cas de ressortissants chinois.

Au Japon, la situation s'est cependant aggravée à bord du paquebot de croisière Diamond Princess, en quarantaine près de Yokohama: 174 personnes sont désormais contaminées, dont des Canadiens. Trente-neuf nouveaux cas ont été annoncés mercredi. La perspective d'une multiplication de ce genre de cas inquiète. Demain, les ministres de la Santé européens doivent se réunir à Bruxelles pour s'accorder sur des mesures coordonnées contre l'épidémie. La décision a été prise à la demande des organisateurs du Grand Prix et des autorités sportives chinoises. Les précédentes prévisions de Zhong Nanshan sur le pic épidémique s'étant avérées prématurées, il n'est pas certain que ses déclarations dissipent totalement les inquiétudes croissantes sur l'impact économique de cette crise sanitaire. Un cordon sanitaire empêche les entrées et les sorties. Des banderoles et des messages diffusés par haut-parleur incitent à porter des masques et à se laver les mains.

Dans l'ensemble, la Chine demeure largement paralysée, malgré une reprise timide du travail depuis lundi. Les étudiants sont toujours en vacances et les entreprises incitées à laisser leurs employés travailler à domicile.

Craignant la perspective d'une rude chute de la croissance, le Premier ministre Li Keqiang a appelé mercredi à une "reprise ordonnée de l'activité et de la production" dans le pays, a indiqué Chine nouvelle.

Recommande: