Une tribune de personnalités du cinéma étrille le fonctionnement des César

11 Février, 2020, 17:58 | Auteur: Sue Barrett
  • Dans une tribune publiée lundi 10 février sur le site du Monde 200 personnalités du cinéma français ont réclamé une

Ils se plaignent, bien qu'étant membres de l'Académie des César, de n'avoir "aucune voix au chapitre ni dans les fonctionnements de l'académie et de l'association [qui la régit, ndlr], ni dans le déroulé de la cérémonie". Le conseil d'administration de l'Académie des César va demander une médiation au Centre national du cinéma (CNC) pour mettre en place "une profonde réforme" de ses statuts et de sa gouvernance, après les violentes critiques sur son fonctionnement.

La liste des membres de l'Académie, constituée de 4.700 professionnels du cinéma, est confidentielle.

L'Académie a été créée en 1975 par le journaliste et producteur Georges Cravenne, qui a désigné un collège de fondateurs récompensés par un oscar comme Claude Berri, Claude Lelouch, Michel Legrand ou Costa-Gavras. Même si ce collège est "aujourd'hui assez âgé " malgré la présence d'Alexandre Desplat ou de Juliette Binoche, le président des César souligne que l'assemblée pourrait décider de limiter le nombre de mandats, actuellement renouvelés tous les cinq ans.

La Société des Réalisateurs de Films (SRF) s'était alors indignée que l'Académie des César ait refusé la romancière Virginie Despentes comme marraine de l'acteur Jean-Christophe Folly ("L'Angle mort") et la réalisatrice Claire Denis pour Amadou Mbow ("Atlantique").

L'Académie des César avait alors présenté ses excuses puis, devant le mécontentement persistant, promis une réforme. Dimanche, l'homme à la tête de l'Académie depuis 2003 avait annoncé des mesures en vue d'instaurer la parité au sein de l'Académie, dont seulement 35 % des membres sont des femmes, promettant de conduire une "révolution culturelle ". Des mesures que l'Académie a confirmé vouloir engager, dans un communiqué publié lundi soir, en commençant par son conseil d'administration qui doit devenir paritaire d'ici la fin de l'année. " Nous nous réjouissons de ces changements à venir, mais ils nous semblent insuffisants ", protestent les signataires de la tribune.

"Pourquoi les 4.700 membres de l'Académie ne peuvent-ils pas voter pour élire leurs représentants comme c'est le cas aux Oscars, aux Baftas"?, s'interrogent-ils.

Un mécontentement relayé aussi par plusieurs professionnels du cinéma sur les réseaux sociaux.

Recommande: