Le sort d'Isabelle Kocher pourrait être tranché dès jeudi — Engie

06 Février, 2020, 08:22 | Auteur: Aubrey Nash
  • Kocher confiante dans le conseil d'administration d'Engie et le soutien de l'Etat

Le feuilleton sur l'avenir d'Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, va-t-il prendre fin demain? Une accélération du calendrier pour mettre fin à un conflit qui menaçait de se politiser et de se déplacer sur le terrain du genre. Deux jours plus tôt, une cinquantaine de personnalités de tous bords politiques et du monde des affaires ont signé une tribune sur le site Internet des Echos, pour saluer "sa formidable réussite " sur la question de la transition énergétique.

"Que Bruno Le Maire arrête de vouloir précipiter les décisions pour débarquer Isabelle Kocher, qu'il arrête de déstabiliser ce groupe, potentiellement pour le découper en tranches", a critiqué le député européen EELV Yannick Jadot mercredi sur France Info.

Si Bruno Le Maire a assuré pour sa part à l'AFP mardi que la décision sera prise "uniquement et exclusivement au regard de (.) critères économiques", reste qu'il ne sera pas évident d'assumer politiquement d'appuyer l'évincement de la seule femme du CAC 40. Certains noms circulent déjà pour lui succéder, comme Sophie Boissard, la présidente de Korian, ou Marie-Ange Debon, candidate malheureuse à la présidence de Suez, dont Engie est le premier actionnaire. L'hypothèse d'une vente des infrastructures gazières a été évoquée avant d'être démentie par le président d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu. D'une plume dithyrambique, les signataires souhaitent le renouvellement d'Isabelle Kocher.

Il y a quelque mois, son président Jean-Pierre Clamadieu a même fait évaluer l'action de la directrice générale par un cabinet extérieur. L'eurodéputé a renouvelé son appel à l'arbitrage d'Emmanuel Macron: "Je demande au président de la République, de manière extrêmement solennel, de donner toutes ses chances à ce groupe pour qu'il fasse sa transition énergétique, de juger effectivement sur les résultats du groupe, le maintien ou pas d'Isabelle Kocher, de respecter l'unité de ce groupe pour éviter qu'il soit découpé en petits morceaux au profit d'institutions bancaires et financières".

Isabelle Kocher a aussi ces derniers mois défendu son bilan financier, arguant que le virage stratégique avait permis de renouer avec la croissance et que le cours de Bourse avait commencé à rebondir. "Engie est un groupe magnifique qui avait un genou à terre quand j'ai pris mes fonctions". Une réunion ordinaire est pourtant de longue date le 27 février.VirageDepuis quelques semaines, Isabelle Kocher est à l'offensive. Sans doute en vain.

Le sort d'Isabelle Kocher, patronne d'Engie, sera fixé jeudi, à l'occasion d'un conseil d'administration qui pourrait décider de l'évincer.

.

Recommande: