Décès d'un enfant : après un tollé, le gouvernement annonce une "concertation"

03 Février, 2020, 04:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Guy Bricout à l'Assemblée nationale le 24 janvier 2018Plus

"Quelques heures plus tard, la ministre du Travail Muriel Pénicaud et le secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'enfance Adrien Taquet ont annoncé qu'une " concertation avec les acteurs associatifs, les organisations syndicales et patronales " aurait lieu pour " déterminer les mesures pertinentes de soutien aux parents en cas de perte d'un enfant ".

"Alors qu'une proposition de loi pour porter de cinq à douze jours le congé d'un salarié venant de perdre un enfant a été refusée par la majorité, Emmanuel Macron aurait demandé " de l'humanité " au gouvernement, qui reconnaît ce samedi " une erreur ".

Finalement, dans une déclaration à l'AFP, celle-ci a tenu à faire volte-face: "Face au deuil, il faut du soutien psychologique et nous allons le renforcer".

Vendredi matin, c'est le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, qui avait demandé un nouveau vote en faveur des douze jours. Et d'ajouter: "Il faut aussi un temps de répit".

François Hommeril, président de la CFE-CGC avait quant à lui expliqué avoir " le cœur " qui se " soulève " à la lecture de l'argument du rejet.

Face au refus de la majorité d'adopter le texte, les différents partis d'opposition ont fait part de leur profond désaccord, disant leur "honte" vis-à-vis de l'opposition de certains députés à cette mesure, comme Pierre Cordier (apparenté LR).

"Quand on s'achète de la générosité à bon prix sur le dos des entreprises, c'est quand même un peu facile", lui a répondu Sereine Mauborgne (LREM), suscitant de vives protestations dans l'hémicycle. "Je pensais que sur ce dossier-là, on marcherait tous main dans la main", a-t-il souligné.

C'est une conception de la solidarité nationale "qui échappe" également à Moetai Brotherson, membre du groupe à majorité PCF, tandis que l'ex-LREM Agnès Thill a raillé "une humanité à géométrie variable" chez ses anciens collègues.

Dans un communiqué, Guy Bricout juge "choquant de faire un amalgame entre congés payés et congés liés au deuil d'un enfant ".

"Tous les chefs d'entreprise que j'avais rencontrés ont approuvé mon idée, insiste le rapporteur du texte, Guy Bricout. En général, les parents endeuillés prennent sur leurs congés payés ou ont recours à un congé maladie, en étant pénalisés par trois jours de carence". "Il y a 700.000 naissances par an, et 70 % des pères prennent un congé paternité, avance Guy Bricout. Ce qui fait 500.000 congés de 11 jours supportés par les entreprises. Et qui sait: peut-être qu'un jour ce pourrait être pris en charge par la sécurité sociale..."

Recommande: