Boeing : une perte nette de 636 millions de dollars en 2019

03 Février, 2020, 01:46 | Auteur: Aubrey Nash
  • Boeing dans le rouge pour la première fois depuis 1997

En 2019, l'avionneur a ainsi enregistré une perte nette de 636 millions de dollars contre un bénéfice net de 10,5 milliards en 2018.

"Nous reconnaissons qu'il y a beaucoup de travail à faire", a déclaré le nouveau PDG, David Calhoun, dans le communiqué de résultats.

Mercredi, Boeing a enregistré 9,2 milliards de dollars supplémentaires de charges et de coûts associés au quatrième trimestre 2019 pour couvrir la compensation potentielle pour les clients MAX ainsi que les dépenses plus élevées liées à la réduction, puis à l'arrêt de la production de l'avion de ligne.

La facture s'élève désormais à 18,4 milliards de dollars, dont près de la moitié porte sur les indemnisations des compagnies aériennes qui ont dû annuler des dizaines de milliers de vols. Elle reste dans la fourchette des analystes qui était de 16 à 25 milliards de dollars, ceux-ci anticipant des coûts additionnels liés à la formation des pilotes qui devrait se faire désormais sur simulateur. L'année 2019 est seulement le quatrième exercice déficitaire en 104 ans d'histoire pour le constructeur aéronautique américain. 2019 rejoint donc 1946, 1995 et 1997 dans ce triste palmarès. Elle ne comprend pas toutefois des accords potentiels avec les familles des victimes et les autorités américaines, qui enquêtent sur les accidents et le développement du MAX.

La semaine dernière, il a mis en avant une approche de retour aux sources au début de son mandat, affirmant qu'il se concentrerait sur le rétablissement de la confiance, le renforcement de la transparence, de l'ingénierie et de la sécurité. Boeing a décidé de finalement réduire la production du long-courrier 787 Dreamliner (de 14 unités par mois à 10 à partir de 2021, au lieu de 12).

Le système anti-décrochage MCAS a été mis en cause dans les deux tragédies du MAX. Boeing a essuyé un solde négatif de commandes l'an dernier, avec -87 appareils, tandis que les livraisons ont chuté de 53%. De plus, d'autres problèmes - dont un défaut sur un microprocesseur, un autre sur des câblages électriques et un troisième lié au logiciel s'assurant du bon fonctionnement du MCAS au démarrage - ont été détectés.

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a menacé mercredi de procéder à de nouvelles suppressions d'emplois et fermetures de bases. Ainsi que des sous-traitants comme General Electric et Safran, qui fabriquent le moteur de l'avion (un manque à gagner de 1,4 milliard de dollars), ou encore Sprit AeroSystems, spécialiste des fuselages, qui supprimer des milliers de postes en raison de la suspension du 737 MAX. Pour faire face, Boeing est parvenu à sécuriser un prêt d'au moins douze milliards de dollars auprès de grandes banques américaines.

Recommande: