Le bilan s'alourdit à 213 morts et 10.000 cas de contamination — Coronavirus/Chine

01 Février, 2020, 13:49 | Auteur: Jonathan Ford
  • Coronavirus le bilan grimpe à 213 morts en Chine l’OMS déclare l’urgence internationale

La Chine, où le bilan de l'épidémie de coronavirus s'est alourdi à 213 morts, a mis en garde vendredi contre la "panique inutile" au moment où des pays d'Asie commencent à fermer leurs frontières aux voyageurs en provenance de Chine et où les opérations de rapatriement de Wuhan, berceau de l'épidémie, se poursuivent. L'organisation avait déjà admis lundi que la menace était "élevée" à l'international.

"Notre plus grande préoccupation est la possibilité que le virus se propage dans des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles", s'est alarmé jeudi le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

De son côté, Washington a annoncé vendredi que les 195 Américains rapatriés de Wuhan étaient soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours, la première décrétée par l'Etat fédéral depuis les années 1960.

La police a parallèlement fait grand cas, pour appuyer le message, de l'arrestation de huit personnes accusées de propager des rumeurs.

L'Italie, où aucun cas n'a été finalement détecté parmi les 7.000 passagers d'un navire de croisière qui avaient été confinés à bord, a déclaré deux cas jeudi soir, ceux de deux touristes chinois. Washington a par ailleurs recommandé à ses ressortissants de ne pas se rendre en Chine ou de quitter ce pays s'ils s'y trouvaient. Dans les dernières 24 heures seulement, le virus a fait 46 morts supplémentaires, ont annoncé samedi les autorités sanitaires locales.

Un avion français en a décollé vendredi matin, peu après 07h00 heure locale, pour rapatrier quelque 200 Français.

Wuhan, où la circulation des véhicules non essentiels est interdite, gardait jeudi des allures de ville fantôme. Berlin envisage également d'évacuer quelque 90 Allemands "dans les prochains jours".

Des milliers d'autres étrangers piégés à Wuhan restent sans certitude de pouvoir partir.

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se perd en superlatifs pour saluer la manière dont le gouvernement chinois gère la crise suscitée par l'apparition d'un nouveau coronavirus, des voix critiques se font entendre. "Je pourrais mourir de faim, je pourrais aussi être infectée et mourir", a confié Aphinya Thasripech.

Parmi les 206 Japonais rapatriés mercredi, trois ont été contaminés, ce qui porte à 14 le nombre de cas recensés dans l'archipel. Ils seront mis à l'isolement durant 14 jours dans un centre de vacances à proximité. L'Italie, Singapour ou encore la Mongolie, ont pris le même genre de dispositions.

Dans le même temps, d'autres pays ont également annoncé des mesures de protection, comme l'Australie, qui a décidé l'interdiction immédiate d'entrée sur son territoire de tous les non-résidents arrivant de Chine.

A travers la Chine, où les congés du Nouvel an lunaire sont prolongés jusqu'au 2 février, les habitants désertent commerces et restaurants, tandis que les personnes originaires de Wuhan se heurtent à la suspicion.

En République Démocratique du Congo justement, le Dr. Jean-Jacques Muyembe, secrétaire technique du comité multisectoriel de la riposte contre la maladie à virus d'Ebola, a appelé la population à plus de vigilance afin de prévenir cette épidémie de coronavirus.Cette vigilance passe par le respect de la distance d'un mètre avec toute personne malade et l'alerte en cas des signes suspects chez certains malades.

Après l'annulation de plusieurs compétitions sportives internationales, la Chine a reporté sa saison 2020 de football.

Recommande: