Le Parlement européen approuve l'accord de Brexit à une large majorité

30 Janvier, 2020, 19:18 | Auteur: Lynn Cook
  • C’est officiel les abonnés Orange Free SFR et Bouygues ne payeront pas de frais d’itinérance au Royaume Uni pour le moment

Les eurodéputés ont donné leur accord par 621 voix pour, 49 voix contre et 13 abstentions. Il s'agissait de l'ultime étape majeure, trois ans et demi après le référendum sur le Brexit, et près d'un demi-siècle après l'adhésion du Royaume-Uni. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. "Je pense que c'est fantastique pour les Etats-Unis, c'est fantastique pour le Royaume-Uni", a-t-il expliqué.

D'autres sujets ont créé des tensions, comme le projet britannique de taxe sur les géants du numérique, des divergences de vues sur le dossier nucléaire iranien, ou la volonté de Londres de faire extrader une femme de diplomate américain impliquée dans un accident mortel en Angleterre.

Avant d'être reçu par le premier ministre britannique jeudi, Mike Pompeo a commencé sa visite par une rencontre avec son homologue britannique Dominic Raab mercredi soir. Le Royaume-Uni a été ainsi l'un des seuls pays à accueillir positivement le plan pour le Proche-Orient annoncé par Donald Trump.

Le président Donald Trump, qui soutient avec enthousiasme le Brexit, a fait miroiter un accord commercial bilatéral "magnifique". "C'est un moment extraordinaire pour notre pays, un moment d'espoir et d'opportunité ", a déclaré Boris Johnson, farouche partisan du Brexit, dans une vidéo postée sur Twitter.

" Il y a beaucoup de sujets à discuter avec le Royaume-Uni au moment où il entre dans une nouvelle phase de sa souveraineté", a constaté M. Pompeo dans l'avion le menant à Londres, citant notamment les " énormes questions commerciales", mais aussi " d'importantes questions de sécurité ".

Samedi, le Royaume-Uni ne sera plus un État membre de l'UE et sera considéré comme un pays tiers.

Concrètement, pas grand chose ne changera vendredi puisque les règles communautaires continueront de s'appliquer sur le sol britannique jusqu'à la fin de l'année.

Pour conclure un accord avec les États-Unis, le Royaume-Uni pourrait devoir accepter d'importer des produits aux normes alimentaires bien moins protectrices de la santé et de l'environnement que celles de l'Union européenne.

Ce n'est pas tous les jours qu'on pleure dans l'hémicycle du Parlement européen. Des élus ont entonné " Ce n'est qu'un au revoir ", certains brandissant des écharpes aux couleurs des drapeaux britannique et européen.

Recommande: