Découverte: Une cellule pourrait soigner tous les cancers

23 Janvier, 2020, 20:54 | Auteur: Jonathan Ford
  • Schéma expliquant le fonctionnement d’une thérapie anticancéreuse CAR-T. Crédits

Les lymphocytes T (aussi appelées cellules T), présentes dans notre système immunitaire, peuvent analyser le corps afin d'éliminer les éventuelles menaces.

Des chercheurs de l'Université de Cardiff ont découvert une "cellule T" trouvée dans le sang humain qui reconnaît et tue de nombreux types de cancer tout en ignorant les cellules saines. Or, celui-ci est doté d'un récepteur qui interagit avec une molécule baptisée MR1 et que toute cellule de l'organisme humain porte en surface.

Des thérapies contre le cancer des cellules T existent déjà, mais elles concernent un nombre limité de cancers. Auparavant, personne ne pensait que cela était possible. Fonctionnant d'une manière similaire au HLA lorsqu'il s'agit d'identifier les cellules cancéreuses, MR1 a l'avantage de ne pas varier d'un individu à l'autre, ce qui signifie qu'elle pourrait potentiellement constituer la base d'une thérapie impliquant les cellules T mais fonctionnant pour un éventail beaucoup plus large d'individus.

Concrètement, le traitement consisterait en une prise de sang sur le patient, suivie d'une extraction de ses cellules T. Un virus inoffensif y serait ensuite injecté pour modifier les cellules afin qu'elles reconnaissent les cellules cancéreuses.

Des scientifiques anglaises ont découvert une cellule immunitaire capable de s'attaquer à toutes formes de cancer, laissant espérer la mise au point d'un traitement universel.

. La particularité du lymphocyte découvert à l'Université de Cardiff consiste en sa capacité à recevoir un signal de la MR1 l'alertant du dysfonctionnement du métabolisme dans la cellule et l'identifiant comme cancéreuse.

Pour les scientifiques britanniques, la prochaine étape va consister, outre la mise en place d'essais cliniques dans les mois qui viennent, à en apprendre davantage sur les mécanismes permettant à MR1 d'identifier les cellules cancéreuses au niveau moléculaire.

Alors que l'utilisation de cette cellule T n'avait pas encore été envisagée, elle "ouvre la voie à un traitement unique du cancer ".

Ils ont également pu démontrer que les cellules T de patients atteints de mélanome modifiés pour exprimer ce nouveau TCR pouvaient détruire non seulement les propres cellules cancéreuses du patient, mais également les cellules cancéreuses d'autres patients en laboratoire, quel que soit le type HLA du patient. Appelée CAR-T, la thérapie la plus couramment utilisée à l'heure actuelle pour traiter le cancer va consister à détourner et augmenter cette fonction naturelle des cellules T afin qu'elles ciblent en priorité les cellules tumorales. "C'est une découverte passionnante, que ce soit pour améliorer notre connaissance du système immunitaire en général ou pour d'éventuels nouveaux médicaments" mais "pour le moment, c'est une étude très théorique" ont réagi Lucia Mori and Gennaro De Libero, de l'Université de Bâle en Suisse.

Recommande: