Accord Macron-Trump pour prolonger les négociations — Taxe numérique

23 Janvier, 2020, 06:55 | Auteur: Aubrey Nash
  • Taxe GAFA: Macron et Trump d'accord pour prolonger les négociations, menace de sanctions suspendue

L'annonce de la trêve franco-américaine est une bonne nouvelle pour les membres de l'OCDE, qui craignaient qu'une guerre commerciale numérique entre les deux nations ne ralentisse les négociations.

Washington menace de surtaxer des produits français jusqu'à 100%.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a assuré mercredi, après une entrevue avec son homologue américain, Steven Mnuchin, que Paris et Washington avaient trouvé un "cadre global commun" sur la taxe numérique française qui irrite les États-Unis. Cette décision intervient après que Donald Trump et Emmanuel Macron aient travaillé ensemble pour éviter d'augmenter les taxes.

"Excellent!", lui a répondu Donald Trump, toujours sur Twitter.

Le ton du ministère des Finances est resté plus mesuré.

Paris a décidé d'imposer depuis le 1 janvier 2019 une taxe sur les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3 % de leur chiffre d'affaires, en attendant l'adoption d'une fiscalité internationale. Les produits comme les vins, les champagnes et rouges à lèvres français, les produits laitiers, les sacs à main en cuir et bien d'autres ne sont plus exposés à la menace américaine.

La France a accepté de geler temporairement sa taxe sur les géants du numérique, le temps d'un accord commercial à l'échelle internationale. Ces taxes pourraient être évaluées à 2,4 milliards de dollars de produits.

Le 7 janvier, les Etats-Unis et la France s'étaient donnés quinze jours pour aboutir à un accord et permettre la poursuite du travail à l'OCDE sur cette taxe des géants du numérique, dont les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) sont la figure de proue. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, qui mène d'intenses négociations depuis plusieurs semaines, doit rencontrer mercredi à Davos son homologue Steven Mnuchin pour discuter des détails de la poursuite des discussions dans le cadre de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

Un deuxième train de taxation américaine "serait un coup terrible pour la viticulture française" avait reconnu M. Le Maire sur LCI.

Cependant, dans l'attente d'une fiscalité internationale cadré par l'OCDE, le ministre n'est "certainement pas" prêt à renoncer, a-t-il affirmé, ni à réduire à "presque rien" cette taxe.

Recommande: