Streaming: Netflix va produire plus de contenus français

20 Janvier, 2020, 11:41 | Auteur: Sue Barrett
  • Netflix a inauguré ce vendredi ses locaux parisiens en présence de son patron Reed Hastings de Franck Riester ministre de la Culture et d’Anne Hidalgo maire de Paris

Ces projets incluent également Bigbug, une comédie futuriste de Jean-Pierre Jeunet avec Elsa Zylberstein, Isabelle Nanty et Manu Payet.

Une vingtaine de projets français cette année, l'inauguration de ses nouveaux locaux à Paris... "Mais les conversations à ce sujet sont pour plus tard", a déclaré Hastings lors d'un événement à Paris vendredi, déclenchant des rires dans le public, qui comprenait la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le ministre français de la Culture, Franck Riester.

La scénariste Fanny Herrero, à qui l'on doit la série de France 2 " Dix pour cent ", a quant à elle dévoilé qu'elle travaillait sur une série en six épisodes pour le géant du streaming. Elle racontera l'histoire de jeunes comédiens qui tentent percer sur la scène parisienne du stand up. Par ailleurs, la série fantastique Mortel connaîtra une deuxième saison. "Et Julien Leclercq (" Braqueurs ", " La terre et le sang ") réalisera un film d'action, " Sentinelle ", avec Olga Kurylenko. Interrogé par L'Express à l'occasion de l'ouverture de nouveaux bureaux parisiens, le patron du service de streaming a confié que la plateforme comptait désormais plus de 6,7 millions d'abonnés dans l'Hexagone, soit 10 % de la population.

Et les œuvres les plus regardées sur Netflix France en 2019 sont...

"Nous devenons un producteur français majeur et plus seulement une machine à exporter des contenus hollywoodiens", affirme Reed Hastings à L'Express.

Le PDG précise que Netflix a déjà produit 24 titres originaux (séries, documentaires, films, émissions.) en cinq ans sur notre territoire et "sur la seule année 2020 nous en aurons 20 de plus". Le budget tricolore de la plateforme devrait continuer à s'étoffer. Avec la transposition dans le droit français de la directive européenne SMA (service des médias audiovisuels), l'entreprise devra investir au moins 16% de son chiffre d'affaire français dans la production locale. Mais " ces liens avec l'écosystème français se développent par pure conviction et pas par obligation", a-t-il poursuivi, assurant: " On est au début de l'aventure ".

Recommande: