Iran : Arrestation de l'ambassadeur de Grande Bretagne

17 Janvier, 2020, 10:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Crash aérien à Téhéran l’ambassadeur du Royaume Uni en Iran brièvement arrêt

"Le monde regarde", a souligné le président américain.

Lundi, les forces antiémeutes sont restées bien visibles à Téhéran, où dimanche soir, de nouveaux rassemblements avaient été dispersés.

L'annonce des forces armées a provoqué un tollé en Iran, après deux jours de dénégations virulentes opposées par les autorités civiles à la thèse du missile avancée dès le 8 janvier par Ottawa.

Ces aveux ont déclenché l'indignation des Iraniens.

" Nous sommes convenus (...) que la seule solution à (la) crise passe par la désescalade et le dialogue", a dit l'émir.

Le texte a été publié quelques heures après la convocation de l'ambassadeur d'Iran à Londres, Hamid Baeidinejad, auquel le Foreign Office a fait part de ses "vives objections" à la brève arrestation samedi soir de M. Macaire, dans les environs d'une manifestation contre le pouvoir à Téhéran. "Nous suivons de près vos manifestations, et votre courage nous inspire", a-t-il ajouté.

La veille, il avait mis en garde Téhéran contre " un autre massacre de manifestants pacifiques ", en référence au mouvement de contestation violemment réprimé en Iran en novembre.

Une effigie de l'ambassadeur britannique en Iran, Robert Macaire, a été brûlée par des manifestants tout comme des drapeaux du Royaume-Uni et des États-Unis, relatent les médias.

Londres a dénoncé une "arrestation sans fondement" et "une violation flagrante de la législation internationale".

Téhéran a reproché à l'ambassadeur Rob Macaire d'avoir été présent à un " rassemblement illégal " en violation des conventions diplomatiques. L'homme dit s'être rendu sur les lieux d'un rassemblement en hommage aux victimes du vol abattu par mégarde par l'armée iranienne, et ce en tant qu'ambassadeur de la couronne britannique car certaines victimes du crash étaient de nationalité britannique.

Dimanche, moins de 200 manifestant ont brûlé un drapeau britannique et un drapeau israélien devant l'ambassade du Royaume-Uni à Téhéran aux cris de "Mort à la Grande-Bretagne", "Mort aux Etats-Unis", "Mort à Israël".

"Excusez-vous, Démissionnez", a titré dimanche le quotidien réformiste Etemad, après que l'Iran a admis son erreur.

Recommande: