" Beaucoup de phénomènes extrêmes " à redouter en 2020 — Réchauffement climatique

17 Janvier, 2020, 21:22 | Auteur: Lynn Cook
  • Les décennies à venir devraient nous réserver

" Malheureusement, nous nous attendons à voir beaucoup de phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et dans les décennies à venir, alimentés par des niveaux records de gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur dans l'atmosphère", a souligné le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué. "L' Australie a connu son année la plus chaude et la plus sèche jamais enregistrée en 2019, avec des feux de brousse massifs qui ont été si dévastateurs pour les personnes, les biens, la faune, les écosystèmes et l'environnement", a relevé M. Taalas.

Alors que l'Australie est ravagée par des incendies incontrôlables, l'ONU vient d'annoncer que la dernière décennie (2010-2019) est la plus chaude jamais observée.

En cause, l'effet de serre, un phénomène décrit dès 1977.

Selon l'agence spécialisée de l'ONU, la température mondiale annuelle en 2019 a devancé de 1,1 °C la moyenne enregistrée à l'époque préindustrielle (1850-1900). Chaque période de dix ans bat le record de la précédente décennie depuis le début des années 1980.

Selon les prévisions de l'OMM, la hausse des températures moyennes mondiales pourrait atteindre de 3 à 5 degrés Celsius d'ici la fin du siècle, alors que l'ensemble de la communauté scientifique affirme qu'il faut plutôt cibler une limite à 1,5 degré pour éviter les pires transformations qui pourraient faire de notre planète un endroit de moins en moins habitable. L'agence de Genève utilise deux jeux de données en provenance des États-Unis, fournies par l'Institut Goddard de la Nasa et celles de l'administration américaine pour l'océan et l'atmosphère (NOAA), les informations communiquées par le bureau britannique de météorologie (Met Office) regroupées avec celles de l'université East Anglia. Elle se classe derrière 2016, marquée par un épisode El Niño très intense, un phénomène qui accentue le réchauffement de long terme en entraînant des températures anormalement élevées des eaux de l'est du Pacifique Sud.

L'OMM a ajouté que 2019 et la décennie écoulée ont également été caractérisées par le retrait de la glace, des niveaux de mer records, l'augmentation de la chaleur et de l'acidification des océans et des conditions météorologiques extrêmes, qui ont tous des "impacts majeurs" sur la santé humaine et l'environnement naturel. Et pourtant, face à ce changement climatique, "nous voyons des individus et des groupes puissants qui redoublent d'efforts pour nier une réalité de plus en plus claire", a estimé Chris Rapley, climatologue à l'University College de Londres.

Recommande: