La deuxième demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

13 Novembre, 2019, 14:34 | Auteur: Sue Barrett

La cour d'appel de Paris a rejeté sa demande de mise en liberté concernant sa condamnation à cinq ans de prison ferme pour blanchiment aggravé.

Il faut également que le maire de Levallois-Perret verse une caution de 500 000€. Mais incapable de payer les 500 000 euros de caution - et ce en dépit de l'appel lancé aux habitants de sa ville pour réunir cette somme - le proche de Nicolas Sarkozy était resté derrière les barreaux. ", déclare ainsi Isabelle Balkany dans une interview à "20Minutes "".

Incarcéré depuis le 13 septembre à Paris, Patrick Balkany invoquait notamment son état de santé, celui d'un homme de 71 ans souffrant de plusieurs pathologies, pour justifier sa demande.

Dans le volet blanchiment du procès, le fils du couple Balkany, Alexandre, a été condamné à six mois de prison avec sursis.

Après ce refus, l'avocat de Patrick Balkany a annoncé que son client allait déposer une nouvelle demande de mise en liberté. Une association a même été créée à l'occasion: il s'agit de "l'Association de soutien à Patrick Balkany " (ASPB). "Nous n'avons plus un rond, rien, ni en France, ni à l'étranger ".

Outre le paiement d'une lourde caution, la cour, en faisant droit à sa première demande de libération, avait ordonné son placement sous contrôle judiciaire avec plusieurs obligations: ne pas sortir du territoire, ne pas se rendre à Paris et plusieurs départements alentours - dont son département des Hauts-de-Seine -, mais aussi fixer sa résidence à Giverny (Eure), pointer une fois par semaine à la gendarmerie, remettre son passeport - passeport retrouvé périmé dans le dossier.

Sur le fond, Patrick Balkany a reconnu des erreurs tout en les minimisant - évoquant un héritage familial non déclaré en Suisse dans le volet fraude fiscale de son procès. "Il n'a aucune raison de fuir".

Recommande: