Sophie Wilmès, première femme à occuper le poste de Premier ministre — Belgique

31 Octobre, 2019, 20:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Sophie Wilmès proposée comme Première ministre au Roi pourquoi la voie était libre pour elle

Sophie Wilmes est la première femme et la première Juive à devenir Première ministre de Belgique.

"Actuelle ministre fédérale du Budget, sérieuse, appliquée, bonne bilingue, elle ne manque pas d'atouts pour remplir la fonction", écrit le journal L'Écho à son égard. Femme à la tête d'un gouvernement, la gente féminine reste dans l'attente des résultats probants pour la composition d'un gouvernement qui respecte la parité. Sophie Wilmès est reçue en audience au Palais de Bruxelles.

"Cet événement historique a été notamment annoncé sur le compte Twitter du Palais Royal, accompagné d'une photo du monarque aux côtés de la nouvelle cheffe du gouvernement". A 44 ans, Sophie Wilmès est la première femme à briguer la fonction de premier ministre depuis la creation du royaume de Belgique en 1830. Considérée comme une proche de Charles Michel, qui appartient comme elle au Mouvement réformateur (MR), Mme Wilmès devient députée en 2014 et entre au gouvernement fédéral en septembre 2015.

Née en janvier 1975, ancienne élève de l'Institut des hautes études des communications sociales (IHECS), elle était devenue conseillère communale à Uccle en 2000, ses débuts en politique.

Le gouvernement de Charles Michel s'est effondré l'année dernière, et Sophie Wilmes a pris sa place lorsque celui-ci est parti travailler au siège de l'Union européenne.

C'est donc un poste qu'elle n'exercera sans doute qu'en intérim, même si son mandat pourrait durer quelques semaines, voire quelques mois. La Belgique n'a plus de gouvernement de plein exercice depuis décembre 2018.

" C'est une situation qui ne doit pas durer". De 2010 à 2011, la Belgique a enregistré un record de 541 jours sans gouvernement. Il doit prendre ses fonctions le 1er décembre.

Un gouvernement en affaires courantes avait été formé, le roi Philippe demandant officiellement au gouvernement démissionnaire de faire fonctionner le pays jusqu'aux élections législatives fédérales de mai 2019.

Recommande: