Dupont de Ligonnès: excuses du "Parisien" à la famille des victimes

13 Octobre, 2019, 14:23 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Pour Antonio Torres un voisin ce n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès qui a été arrêt

À son arrivee à Glasgow, il a été contrôlé, et selon la police anglaise, ses empreintes correspondent.

"Nous avons été alertés par une de nos sources habituelles qui a fait état d'une avancée +importante+ dans cette affaire", a indiqué à l'AFP M. Albouy. Ce que ne savait pas les enquêteurs français. Les enquêteurs français disposent, en effet, de l'ADN du suspect de la tuerie nantaise et la comparaison avec l'ADN de l'homme arrêté est négative. "Ces confirmations nous seront répétées plus tard dans la soirée", explique le quotidien sur son site, ce samedi.

Il mentait sur ses activités professionnelles, se disait ruiné et envisageait de supprimer sa famille plus d'un an avant les faits, dans un courriel adressé en janvier 2010 à sa maîtresse, retrouvé par la police. Le père de famille à la personnalité complexe est donc toujours officiellement introuvable depuis sa disparition des radars en 15 avril 2011, 12 jours après l'exécution de sa famille entière.

Parallèlement, une source proche de l'enquête appelait Le Figaro "à une extrême prudence", car "aucun élément ne permet d'affirmer à ce stade que l'homme arrêté est Xavier Dupont de Ligonnès". "Plus on vérifie de notre côté, moins l'information semble vraie", indiquait même cette source, révélant en outre que la perquisition n'avait permis de découvrir aucun élément liant le meurtrier présumé au pavillon de Limay. Après avoir reconnu le petit garçon, Xavier Dupont de Ligonnès qui travaille de nuit chez Renault.

Un homme soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011, à Nantes, a été arrêté à l'aéroport de Glasgow, en Écosse, a annoncé à l'Agence France-Presse une source proche de l'enquête, confirmant une information du "Parisien".

Le test ADN a parlé. Elle est effarée. Il n'a rien à voir!

Les Ecossais nous ont dit et répété: c'est votre homme. Vendredi 11 octobre au soir, en un instant, le calme de cette commune de 17.000 habitants - "populaire, ouvrière et de gauche, alors que c'est rare dans les Yvelines", indique-t-on fièrement à la mairie - a pourtant volé aux éclats à cause de cette maison. "C'est en tous cas l'information qui a été communiquée aux autorités françaises", peut-on entendre dans les titres du journal de 8 heures de France Inter. Comment un homme aussi recherché que Xavier Dupont de Ligonnès aurait-il pu se déplacer si facilement? "C'est pas lui", disent certains, en évoquant ce septuagénaire marié à une Écossaise.

Après une succession de fausses pistes, le 11 octobre 2019, il est finalement repéré par des policiers de l'aéroport parisien de Roissy, qui n'ont pas le temps d'intervenir avant son embarquement, mais préviennent Interpol. Celui-ci a demandé des explications à "plusieurs sources haut placées françaises" pour comprendre l'imbroglio. Les certitudes initiales sur les empreintes digitales s'étant progressivement estompées.

Le Parisien, premier média à avoir annoncé l'arrestation à Glasgow vendredi soir, a présenté "ses excuses à la famille des victimes et à celle de la personne interpellée à tort", a indiqué dans un communiqué Stéphane Albouy, directeur des rédactions.

Recommande: