Emmanuel Macron rend hommage aux héros africains du débarquement de Provence

17 Août, 2019, 01:06 | Auteur: Sue Barrett
  • 75 ans du débarquement de Provence incendies dans le Sud... les 5 infos du Midi pile

'Je lance aujourd'hui un appel aux maires de France pour qu'ils fassent vivre, par le nom de nos rues et de nos places, par nos monuments et nos cérémonies, la mémoire de ces hommes qui rendent fiers toute l'Afrique et disent de la France ce qu'elle est profondément: un engagement, un attachement à la liberté et à la grandeur, un esprit de résistance qui unit dans le courage', a lancé le chef de l'Etat, à la nécropole nationale de Boulouris, dans le Var, où reposent 464 combattants de la 1ère armée française.

C'est la première fois depuis 1940 qu'une armée française foulait le sol national et la très grande majorité des soldats vient d'Afrique et de l'Empire colonial - spahis, zouaves, tirailleurs sénégalais et algériens, goumiers et tabors marocains, marsouins du Pacifique et des Antilles.

Une cérémonie était organisée le 15 août à à Saint-Raphaël, dans le Var, en présence notamment de l'ancien président Nicolas Sarkozy, et des présidents ivoirien Alassane Ouattara et guinéen Alpha Condé, en hommage aux 450 000 soldats qui participèrent au débarquement allié en Provence du 15 août 1944. Traditionnellement, cet anniversaire est l'occasion de saluer la contribution des soldats des anciennes colonies françaises à la Libération. Des 260.000 combattants de la 1ère armée française dirigée par le général de Lattre de Tassigny, la plupart venaient d'Afrique du Nord et subsaharienne. Il a souligné le courage et la bravoure des milliers de soldats africains "qui se sont sacrifiés pour défendre une terre lointaine, une terre souvent inconnue, une terre jusqu'alors jamais foulée, une terre à laquelle ils ont, à jamais, mêlé leur sang ".

Revivez en images la venue du président de la République, à Saint-Raphaël.

Le président guinéen, Alpha Condé, a pris part aux festivités commémoratives du 75ème anniversaire du débarquement de Provence.

Au passage, il a lancé un appel aux maires de France pour honorer ces héros africains de la Libération, qui longtemps 'n'ont pas eu la gloire et l'estime que leur bravoure justifiait'.

Il est "important de réconcilier ces mémoires parce qu'en 1945 (...) on a sorti les combattants africains et, parfois, on a fait une ablation d'une part de notre histoire".

Intervenant au nom des Chefs d'Etat africains invités, le Président Alpha CONDE, a, pour sa part, indiqué que le débarquement de Provence fait partie de la mémoire collective partagée entre les peuples français et africains. Ils ont payé un lourd tribut à la victoire, a ajouté le président français qui a exhorté les jeunes générations à "revendiquer cette histoire et la porter car sans le sacrifice de ces résistants nous ne serions pas libres aujourd'hui", selon lui.

Venu en voisin du Cap-Nègre, M. Sarkozy a souligné qu'il considérait "que c'était (s) on devoir de venir" et qu'il ne se voyait pas "faire du vélo ce matin" alors qu'il avait "une maison sur un des sites du débarquement".

À l'issue de la cérémonie, Emmanuel Macron est allé à la rencontre du public et a également répondu à quelques questions.

Samedi, M. Macron doit également participer à une cérémonie plus informelle, célébrant la libération de Bormes-les-Mimosas.

Recommande: