Menacée, la capitaine du Sea-Watch 3 se cache

07 Juillet, 2019, 16:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Carola Rackete au moment de son arrestation. Toute l’Allemagne la soutient à l’exception de l’extrême droite

Cette assignation en justice a été annoncée par l'un des avocats de la capitaine du navire Sea-Watch.

La solidarité avec la capitaine du navire Sea Watch 3 et les migrants ne faiblit pas, pour preuve ce rassemblement samedi après-midi.

" Nous, immigrés italiens vivants à Nice, faisons appel aux citoyens niçois pour se rassembler dans un lieu symbolique, tel que le port de la ville, pour manifester notre solidarité au capitaine Carola Rackete et son équipage de la Sea-Watch3 et les valeurs humanistes qui hantent leur action". "L'irresponsabilité des États européens m'a contrainte à agir comme j'ai agi", a ajouté la jeune Allemande qui est toujours en Italie, où le gouvernement a adopté une controversée politique hostile à l'accueil des migrants sur son sol.

La capitaine du navire humanitaire Sea-Watch 3 Carola Rackete, arrêtée pour avoir accosté de force dans l'île italienne de Lampedusa et fait débarquer 40 migrants, "a été abandonnée par tous les pays d'Europe", a déploré ce mercredi une porte-parole de Sea-Watch.

Matteo Salvini considère, lui, que la juge a pris, en la libérant, une décision politique (selon elle, Carola Rackete n'a violé aucune loi et n'a fait qu'accomplir son devoir de protection de la vie humaine), et rappelle que deux autres enquêtes, pour résistance à un officier et pour aide à l'immigration clandestine, continuent de peser sur elle. Elle a même déposé une plainte pour diffamation contre le ministre de l'Intérieur italien, qui voit en elle une "criminelle", une "pirate".

Un juge italien a ordonné mardi la libération de Carola Rackete, âgée de 31 ans, assignée à résidence au domicile où elle était détenue depuis samedi, jour où elle avait désobéi aux ordres de l'armée italienne et pénétré dans le port de Lampedusa.

D'importantes forces de police attendaient l'Alex, affrété par le collectif italien de gauche et d'extrême gauche Mediterranea, selon les images de la télévision italienne.

Brandissant des gilets de sauvetage, les manifestants à Berlin ont dénoncé la criminalisation du sauvetage en mer et s'en sont pris particulièrement à M. Salvini.

'Nous ne pouvons pas prendre la responsabilité que des bateaux avec des rescapés de naufrage à bord restent des semaines en Méditerranée parce qu'ils ne trouvent aucun port' pour les accueillir, a écrit le ministre allemand selon ces sources.

" C'est pourquoi je vous appelle instamment à repenser votre position de ne pas ouvrir les ports italiens", a-t-il ajouté alors que l'Allemagne s'est déjà dite prête à accueillir une partie des rescapés du Alan Kurdi.

Recommande: