Une renarde parcourt 3.500 km de la Norvège au Canada

05 Juillet, 2019, 22:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Une renarde parcourt 3.500 km de la Norvège au Canada

En tout, elle aura parcouru plus de 3.500 kilomètres en soixante-seize jours. Selon l'institut, le trajet effectué par le renard polaire est l'un des plus longs jamais enregistrés. "Nous avons donc continué à suivre le renard polaire", explique Eva Fuglei, une des chercheuses.

Vingt-et-un jours plus tard et après avoir parcouru plus de 1.500 kilomètres sur la glace, la femelle renard arrive au Groenland.

"Il s'agit de la première observation qui montre en détail qu'un renard polaire a migré entre différents continents et écosystèmes de l'Arctique, et constitue l'une des plus longues migrations jamais enregistrées pour un renard polaire en si peu de temps", souligne l'institut polaire norvégien dans un article. En moyenne, la femelle s'est déplacée à une vitesse de 46,3 kilomètres par jour, avec un pic à 155 kilomètres parcourus en une journée. "Quand on s'en est rendu compte, on s'est dit: c'est vraiment vrai?". Nous avons d'abord pensé que la renarde avait été retrouvée morte par quelqu'un et que son collier lui avait été enlevé pour être embarqué par la suite sur un bateau. Mais aucun bateau ne circule aussi loin dans la banquise.

Le système de localisation que portait l'animal a, en revanche, cessé de fonctionner en février 2019. Il est désormais impossible de savoir ce qu'est devenu le canidé.

Si cette renarde est la plus rapide et endurante de son espèce d'après l'étude menée par Eva Fuglei et Arnaud Tarroux, le Guardian précise que les renards polaires sont des animaux particulièrement résistants. Pour les chercheurs, leur migration est due, comme pour beaucoup d'espèces, à la faible quantité de nourriture disponible.

Elle a ensuite été repérée sur l'île d'Ellesmere, au Canada, à une distance de près de 2.000 km, 76 jours seulement après avoir quitté Svalbard. C'est l'incroyable périple réalisé par une renarde arctique.

Ce genre de phénomène risque de se raréfier: le réchauffement climatique pourrait mettre en danger la capacité de l'espèce à migrer alors que la glace fond très vite au Groenland.

"C'est un autre exemple de l'importance de la banquise pour la faune et la flore dans l'Arctique" a déclaré la ministre norvégienne du climat et de l'environnement.

Recommande: