Trump épinglé pour une erreur dans son discours national

05 Juillet, 2019, 19:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Etats-Unis Donald Trump s'impose au centre des cérémonies de l'Independence Day

Mais cette fois, beaucoup portaient des casquettes, tee-shirts et pancartes au nom de Donald Trump.

Plusieurs avions de guerre F-35, les plus modernes au monde, ainsi que la patrouille d'acrobaties aériennes Blue Angels, seront également de la partie.

" Aujourd'hui, nous nous rassemblons comme un seul pays pour cet hommage très spécial à l'Amérique ", a lancé Donald Trump, avant d'énumérer les découvertes et avancées médicales, spatiales, technologiques et industrielles faites par des Américains".

"USA, USA", s'est mis à scander le public lorsque le milliardaire républicain est arrivé, accompagné de son épouse Melania, au pied des marches du Lincoln Memorial.

La foule regarde la parade pour la fête nationale américaine à Washington, devant les archives nationales, le 4 juillet 2019. C'est depuis ce monument à la gloire du 16e président américain que Martin Luther King avait délivré, en 1963, son discours historique "I have a dream " en faveur de l'égalité pour les Noirs.L'imposant Air Force One a survolé le cœur historique de Washington pour annoncer l'ouverture de la cérémonie qui a duré moins d'une heure. Depuis, il rêve de parade militaire dans son pays.

Devant la Maison Blanche, Dee Ranson, 55 ans, défendait le choix de son président de prendre la parole: "Je trouve ça super". Mais en chamboulant l'ordonnancement des festivités, le président s'est attiré les foudres des démocrates, qui craignaient un "meeting de campagne partisan". D'autant que Donald Trump sera candidat à sa réélection en novembre 2020. Son vœu n'a pas été tout à fait exaucé mais il a réussi à faire entrer des chars à Washington pour célébrer la fête de l'indépendance américaine.

Ses services ont distribué des accès privilégiés au site: 5000 pour les soldats, a rapporté le Pentagone; des centaines d'autres billets ont été distribués par les réseaux de soutien du président.

Le 4 juillet marque le Jour de l'indépendance, l'Independence Day, lorsqu'en 1776, 13 colonies britanniques fondèrent les États-Unis d'Amérique.

Alors que, traditionnellement, le président américain se tient à l'écart des célébrations du 4 juillet aux États-Unis, Donald Trump prévoit de changer les choses et s'inspire du défilé du 14 juillet à Paris, qui l'avait tant enchanté en 2017.

C'est une démonstration de pouvoir et de force qui n'est pas nécessaire, regrettait April Smith, une résidente de Caroline du Nord, des étoiles aux couleurs du drapeau américain peintes sur les joues. Ce "n'est pas la manière américaine" de rendre hommage à l'armée, a également estimé la maire démocrate de Washington, Muriel Bowser.

Comme chaque année, des milliers de personnes s'étaient rassemblées sur les immenses pelouses du National Mall.

Le budget de l'événement est aussi pointé du doigt. Mais selon Donald Trump, le coût devrait être mineur.

L'organisation de gauche Code Pink a, pour sa part, manifesté son opposition en déployant - au sol - le " Baby Trump ", personnage gonflable représentant un bébé colérique à l'effigie du président américain.

Recommande: