Le sommet sur les postes-clés dans l'impasse — Union européenne

01 Juillet, 2019, 18:13 | Auteur: Aubrey Nash
  • La commissaire européenne à la Concurrence la Danoise Margrethe Vestager le 6 juin 2019 à Copenhague

De nombreuses délégations évoquaient l'hypothèse d'un nouveau sommet.

Un cinquième poste clé de l'Union européenne est à pourvoir cette année, celui de la présidence de la BCE.

L'objectif est d'avoir un accord sur les quatre fonctions, ce qui inclut la présidence de la Banque centrale européenne, a-t-il précisé.

Le président français Emmanuel Macron s'oppose fermement à sa nomination à la tête de la Commission, en arguant de son manque d'envergure pour un poste d'une telle importance. "Aucune autre grande démocratie au monde n'a une méthode aussi étrange et mystérieuse pour choisir son leadership politique".

Le sommet avait commencé dimanche soir avec trois heures de retard. Il a été suspendu vers 23h30 pour permettre à M. Tusk de mener des consultations bilatérales avec chacun des dirigeants, a annoncé son porte-parole. Elles ont duré toute la nuit.

Lorsque les dirigeants des 28 États membres de l'UE se sont réunis dimanche pour le sommet d'urgence, le socialiste néerlandais Frans Timmermans était en position de tête pour remplacer Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne, dans le cadre d'un accord signé en marge du sommet du G20.au Japon la semaine dernière.

Selon deux responsables impliqués dans les négociations, le camp social-démocrate s'est engagé à faire élire Manfred Weber, mais a aussi accepté d'accorder au PPE une autre de ses demandes, la présidence du Conseil, afin de s'assurer que le parti de droite, dont le soutien est indispensable, se rangera bien derrière M. Timmermans.

La conservatrice bulgare (PPE) Kristalina Georgieva pourrait accéder à la présidence du Conseil européen. "Ce sommet a été très mal préparé", a lâché un diplomate européen contrarié par des consultations qu'il a jugé insuffisantes sur la proposition soumise aux 28 par le président du Conseil, le Polonais Donald Tusk. Aucune solution ne peut être avalisée sans le soutien de cette famille politique, car aucune majorité n'est possible sans les votes de son groupe au Parlement européen. Un accord semblait possible pour désigner le social-démocrate néerlandais Frans Timmermans à la présidence de la Commission européenne, mais les discussions achoppaient sur les deux autres fonctions: la présidence du Conseil et le chef de la diplomatie, a indiqué à l'AFP un des négociateurs.

"On ne peut pas être les otages de l'un ou de l'autre ou de petits groupes qui se forment", a-t-il ajouté devant les journalistes en quittant le Conseil européen pour rentrer à Paris. Selon une source européenne, les noms évoqués pour ce poste sont ceux de deux Libéraux, la Danoise Margrethe Vestager et le Belge Charles Michel.

Le président français a fustigé les divisions au sein du Parti populaire européen (PPE) et les ambitions personnelles qui ont empêché un accord, à un moment "très proche", d'aboutir. Il a par ailleurs exprimé ses doutes quant à la possibilité de trouver un accord dès ce sommet.

La présidence du Parlement européen est ouverte, mais suit une méthode distincte, puisque les nouveaux eurodéputés devraient élire leur nouveau président lors de la session plénière d'inauguration le mercredi 3 juillet.

Antonio Tajani, le président PPE sortant du Parlement européen a déclaré qu'il serait "impossible " pour le centre-droit de voter pour un candidat socialiste, car cela irait à l'encontre de la volonté des électeurs européens qui ont placé son parti en tête du scrutin.

Si un accord est trouvé lundi par les chefs d'Etat et de gouvernement, le Parlement pourra se prononcer sur leur candidat lors de sa seconde session du 15 au 18 juillet. Il s'agit du troisième sommet consacré aux postes clés depuis les élections européennes de fin mai. Un Libéral pourrait ainsi obtenir le Conseil européen et un conservateur le Parlement ainsi que la diplomatie européenne.

Un éboulement a eu lieu samedi soir aux Gastlosen, vers le col Marchzähne.

Un homme a été retrouvé sans vie dans la Sarine dimanche après-midi à Fribourg.

Les manifestants hostiles au gouvernement pro-Pékin de Hong Kong sont entrés de.

Recommande: