Un grand perdant après le premier débat — Primaire démocrate

29 Juin, 2019, 16:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Premiers débats des démocrates pour les primaires à la présidentielle de 2020 à Miami. REUTERS  Files  File

Après les hors-d'œuvre, le plat principal. Mercredi, les dix premiers candidats aux primaires démocrates avaient lancé la course à la Maison Blanche, sous l'œil amusé et moqueur de Donald Trump. Voici ce qu'il faut en retenir. "Je pense qu'ils vont tous être très mauvais", avait-il déclaré lors d'une escale en Alaska, alors qu'un sondage le donnait la semaine dernière perdant en Floride face à plusieurs démocrates engagés dans la primaire, Joe Biden en tête.

Le favori des sondages a passé une mauvaise soirée.

Joe Biden n'a pas brillé par sa performance mais n'a pas dit son dernier mot, de nombreux électeurs disant voir en lui l'une des rares personnes expérimentées et capables de battre Donald Trump.

"Je suis prêt à diriger ce pays parce qu'il est important que nous fassions revivre l'âme de cette nation" que le milliardaire républicain a "piétinée", a lancé l'actuel favori des sondages de la primaire démocrate (32%). "Si nous voulons régler les problèmes de l'automatisation, passez le témoin, si nous voulons résoudre le chaos climatique, passez le témoin, si nous voulons mettre fin à la violence par les armes et résoudre la dette étudiante, passez le témoin ", a répété Eric Swalwell, 38 ans. "Je tiens toujours le témoin", a rétorqué Joe Biden.

Dans une saillie inattendue d'un élu peu connu de la Chambre des représentants, Joe Biden a aussi été interpellé sur son âge.

Mercredi, la sénatrice du Massasuchetts Elizabeth Warren s'était distinguée. Dix autres débattront ce jeudi soir.

La sénatrice progressiste Elizabeth Warren (13%) a dominé le premier débat jeudi soir, tandis que l'ancienne procureure Kamala Harris (7%) a signé le moment le plus fort de cette séquence, en accusant Joe Biden, droit dans les yeux, de l'avoir blessée avec de récents propos controversés sur des élus ségrégationnistes.

Seule Noire parmi la vingtaine de candidats à l'investiture, Kamala Harris l'a également accusé de s'être opposé au "busing", la politique publique qui permettait de transporter des enfants des quartiers noirs jusque dans des écoles à majorité blanche.

" Il y avait une petite fille en Californie qui appartenait à la deuxième génération à aller dans son école publique, en bus chaque jour".

Lors de la première cacophonie du débat, survenue après les attaques sur l'âge de Joe Biden, Kamala Harris est intervenue pour calmer les esprits: "Les Américains ne veulent pas d'une bataille de nourriture".

" L'Amérique ne veut pas une bagarre de cantine, elle veut savoir comment nous mettons de la nourriture sur sa table ". "C'est bien si on a des actions!"

Mercredi soir, Donald Trump avait assuré s'être ennuyé devant le premier débat.

Alors que trois des principaux candidats -Biden, Warren et Sanders- sont septuagénaires, certains ont attaqué sur la question du renouvellement. "Le peuple américain a conscience que Trump est un imposteur, un menteur pathologique et un raciste, et qu'il a menti au peuple américain durant la campagne". Il nous a placés dans une situation horrible. "Nous avons des inégalités salariales énormes", alors que sa campagne est axée sur la protection de la classe moyenne.

Julian Castro, 44 ans, s'est habilement saisi de la polémique sur la gestion par Donald Trump de la crise migratoire à la frontière avec le Mexique qui a pris une grande importance dans le débat, quelques heures après la publication d'une photo choc d'un père et de sa fillette noyés dans le fleuve Rio Grande. "Tous les démocrates ont levé la main pour donner accès à des soins de santé illimités à des millions d'étrangers clandestins". "Pourquoi ne pas s'occuper des citoyens américains d'abord!", a-t-il tweeté.

Recommande: