Brexit : Theresa May prête à organiser un second référendum

22 Mai, 2019, 00:52 | Auteur: Lynn Cook
  • La Première ministre Theresa May devant les membres du Parlement ce mardi à Londres

Si les députés votent en faveur de cet accord, ils auront la possibilité de se prononcer plus tard sur la tenue d'un nouveau référendum.

La Première ministre britannique espère ainsi faire enfin ratifier l'accord qu'elle a conclu en novembre dernier avec Bruxelles, et que les députés ont rejeté par trois fois, mais ses chances paraissent minces.

Pour tenter de s'attirer la sympathie de l'opposition travailliste menée par Jeremy Corbyn, la dirigeante conservatrice a en outre assuré que les droits des travailleurs et les protections environnementales seraient garantis.

Le Parlement britannique avait rejeté à la mi-mars la tenue d'un second référendum, une idée défendue par plusieurs partis mais rejetée par les pro-Brexit et redoutée par d'autres, qui craignent que cela aggrave les divisions du pays.

La Première ministre a reconnu mardi que la question douanière était la "plus difficile", ajoutant qu'il fallait encore "résoudre ce différend".

Pour sa part, le Parti unioniste démocrate (DUP) d'Irlande du Nord dont May a besoin pour disposer d'une majorité absolue à la Chambre des communes a estimé que les "erreurs fatales" de l'accord original n'avaient pas disparu.

Au cas improbable où les députés adopteraient cette fois le texte via le projet de loi qui leur sera soumis, le Royaume-Uni pourrait alors quitter l'UE dès le 31 juillet avec un accord prévoyant une transition et amortissant le choc. Un tour de passe-passe qui permet à la Theresa May de remettre à l'ordre du jour par la petite porte son accord de Brexit. Theresa May a précisé que le gouvernement aura l'obligation de chercher des arrangements alternatifs au backstop d'ici décembre 2020.

Qu'ils adoptent ou rejettent son projet de loi, elle devra se préparer à céder sa place. "Jeudi, elle a été sommée au cours d'une réunion avec le " comité 1922", responsable de l'organisation des Tories, de " convenir " dès juin " d'un calendrier pour l'élection d'un nouveau chef du parti conservateur", selon le président du comité Graham Brady.

Persuadée qu'un " avenir brillant attend le Royaume-Uni", la cheffe du gouvernement a cependant averti: celui-ci ne pourra pas arriver si " nos politiques restent bloqués dans ce débat sans fin sur le Brexit ".

Recommande: