Retour annoncé de l'opposant Katumbi, annonce importante de la présidence — RDC

21 Mai, 2019, 07:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Moise Katumbi à la descente de l'avion. Ph  Christine Tshibuyi

Après trois ans d'exil, l'opposant Moïse Katumbi a confirmé mercredi 15 mai son retour à Lubumbashi pour le lundi 20 mai.

"Aujourd'hui déjà en Afrique...et demain, de retour sur ma terre natale, auprès de mon peuple, avec les miens", a déclaré sur Twitter Moïse Katumbi qui pourrait rejoindre Lubumbashi depuis l'Afrique du Sud en jet privé.

M. Katumbi, exilé en Belgique, avait tenté en vain de revenir en août pour présenter sa candidature à l'élection présidentielle. Le président du célèbre club de football TP Mazembe devra préciser la place qu'il entend occuper au sein de cette opposition où le candidat qu'il a soutenu, Martin Fayulu, revendique la victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018 et la "vérité des urnes" de meeting en meeting. Leur plate-forme électorale "Ensemble pour le changement" doit devenir un parti politique, avec une inconnue de taille: le rôle de l'un et l'autre.

"Le retour de Moïse est comparable au retour de Jésus pour les chrétiens. Il vient mettre un terme aux souffrances imposées par Kabila", a osé l'un de ses partisans, Robot Muteba.

Des dizaines de députés ont effectué le déplacement de Lubumbashi.

Allié puis adversaire de l'ex-président Kabila qui l'a qualifié de "Judas", M. Katumbi a déclaré qu'il se situait toujours dans l'opposition au président Tshisekedi.

Hasard du calendrier ou pas, cette journée politique, la plus chargée depuis l'investiture de janvier, a lieu en présence du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en visite à Kinshasa où il doit rencontrer le président Tshisekedi. "70%/30%", a glissé un conseiller du président Tshisekedi à l'AFP. Le plus important pour moi, c'est la population congolaise. C'est Paris qui prend l'initiative des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur la RDC. Félix Tshisekedi est en effet dans une démarche d'"alliance " ou de "coalition " avec le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, qui a conservé tous les autres leviers du pouvoir", soutient un cadre du PPRD".

Le président investi le 24 janvier en a profité pour faire passer un message de politique intérieure, d'après son porte-parole Kasongo Mwema Yamba Yamba: " Aux ambassadeurs des pays membres de l'Union européenne, le Président de la République a lancé: 'Nous avons la fumée blanche'.

Recommande: