L'Ibizagate fait exploser la coalition droite-extrême droite — Autriche

21 Mai, 2019, 00:13 | Auteur: Lynn Cook
  • Autriche démission du vice-chancelier d’extrême droite au coeur d’un scandale

Un tel limogeage se traduira par un départ de tous les ministres FPÖ du gouvernement, avait prévenu d'emblée Norbert Hofer, ministre des Transports et nouveau chef désigné du parti.

"Après la crise politique provoquée par l'" Ibiza-gate", des responsables européens ont mis en garde contre le vote pour l'extrême droite à ces élections cruciales pour l'avenir de l'Europe.

Les dirigeants des deux formations affichaient volontiers leur entente comme un modèle duplicable à l'échelle de l'Union européenne où les formations nationalistes ont multiplié les succès électoraux ces dernières années et espèrent se renforcer au Parlement européen, à l'issue du scrutin organisé dans l'UE du 23 au 26 mai.

Sebastian Kurz puis le chef de l'Etat Alexander Van der Bellen s'exprimeront samedi soir.

Heinz-Christian Strache, 49 ans, est au cœur d'un scandale depuis la publication d'une vidéo le montrant en train d'expliquer à une femme se présentant comme la nièce d'un oligarque russe comment financer de manière occulte son parti et racheter un des médias les plus influents du pays.

Heinz-Christian Strache, qui occupait les fonctions de vice-chancelier dans la coalition des droites au pouvoir en Autriche, a été contraint de démissionner. Tous deux discutent de la possibilité d'un soutien financier russe en échange de l'accès à des marchés publics autrichiens. "Elle aura tous les contrats publics remportés aujourd'hui par Strabag", un groupe autrichien de construction, acteur majeur du secteur, affirme le chef du FPÖ, selon la retranscription de ses propos.

M. Strache explique également à son interlocutrice vouloir "construire un paysage médiatique similaire à celui d'Orban", en Hongrie. Dans ce pays, le Premier ministre Viktor Orban s'est en effet appliqué pour porter atteinte au pluralisme de la presse. Il cite des dons allant de 500.000 à 2 millions d'euros et égrène le nom de grands patrons autrichiens qui financeraient le FPÖ.

Heinz-Christian Strache, leader du FPO, est accusé de tentative de collusion suite à la diffusion d'une vidéo tournée en caméra cachée.

Le député Johann Gudenus, qui maîtrise le russe, est chargé d'assurer la traduction des échanges. "Les journalistes sont les plus grandes prostituées de la planète ", argumente-t-il. Heinz-Christian Strache avait succédé en 2005 à Jörg Haider à la tête du FPÖ dont il s'est efforcé de lisser l'image, en cultivant un profil d'élu fréquentable après avoir frayé avec les cercles néonazis dans sa jeunesse.

"J'ai fait une erreur et je ne veux pas que cela puisse fournir un prétexte pour affaiblir la coalition" formée en décembre 2017 avec les conservateurs de Sebastian Kurz, a-t-il ajouté.

Recommande: