Ouyahia devant le tribunal de Sidi M’hamed demain mardi

03 Mai, 2019, 16:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Algérie le ministre des Finances entendu au Parquet dans des dossiers de fraudes

La brigade des investigations de la gendarmerie nationale avait procédé, la semaine dernière, à la remise de convocations avec PV à Ahmed Ouyahia et au ministre des Finances et ex-gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal, pour comparaitre devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed. Ouyahia et Loukal, sans préciser si elle souhaitait les entendre comme témoins ou suspects, ni sur quels faits portent les dossiers. Il est le premier responsable gouvernemental à être auditionné par la justice depuis l'ouverture d'enquêtes judiciaires sur des affaires de corruption.

L'ex-enfant terrible du gouvernement Bouteflika, comparait dans le cadre d'une enquête sur la " dilapidation de deniers publics et octroi d'avantages illégaux", devant le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger, rapporte l'ENTV.

Le chef d'état-major de l'armée algérienne a opposé mardi une fin de non-recevoir aux revendications des manifestants en Algérie, qui réclament la mise en place d'institutions de transition ad hoc pour gérer l'après Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission le 2 avril.

L'ex-puissant chef de la police Abdelghani Hamel, limogé en juin 2018, a lui aussi été entendu lundi, en compagnie d'un de ses fils, au tribunal de Tipaza, à 60 km à l'ouest d'Alger dans d'autres affaires.

Certains observateurs craignent que, tout en étant une réponse à la contestation qui dénonce les liens entre le pouvoir et les "oligarques" -des hommes d'affaires ayant fait fortune grâce à des contrats publics-, ces enquêtes servent de levier de "purge" interne.

- L'ex-patron des patrons algériens, Ali Haddad, riche homme d'affaires proche de Bouteflika, est écroué le 3 avril, quelques jours après son arrestation nocturne à un poste-frontière avec la Tunisie.

- Trois hommes d'affaires, Karim, Noah-Tarek et Reda Kouninef, membres d'une famille proche de M. Bouteflika, sont placés en détention provisoire le 24 avril, après avoir été entendus dans une affaire de "trafic d'influence". Il est à la tête de Cevital, plus important groupe privé d'Algérie.

Recommande: