L'Académie de médecine s'est prononcée officiellement contre l'homéopathie

30 Mars, 2019, 09:08 | Auteur: Jonathan Ford
  • L'Académie de médecine se prononce contre l'homéopathie

Dans un communiqué commun publié mardi, les sages de l'Académie de médecine et de l'Académie de pharmacie signalent leur défiance vis-à-vis de l'homéopathie, dont elles réclament notamment la fin du remboursement par la Sécurité sociale. Et parmi les Français qui croient aux bienfaits des "médecines alternatives et complémentaires", 72% se disent convaincus par l'homéopathie, qui arrive ainsi en troisième position derrière l'ostéopathie et l'acupuncture.

"Pas de démonstration d'un service médical rendu suffisant: "les " sages " de la médecine et de la pharmacie se prononcent contre le remboursement de l'homéopathie et contre la délivrance d'un diplôme de " médecin homéopathe ". Aucune preuve scientifique n'a pu à ce jour être apportée faisant la preuve de son efficacité. Cela peut s'expliquer, selon les Académies, "par la connaissance insuffisante et/ou la sous-estimation de l'effet placebo avec attente, seule explication possible, mais aussi suffisante, des effets de l'homéopathie en l'état actuel de la science", a estimé Dr. Daniel Bontoux, rapporteur du communiqué. Des " données sociétales que l'ANM et l'ANP ne peuvent ignorer ".

Comme le précise Le Figaro, c'est la première fois que les pharmaciens joignent leurs voix à celle des médecins pour prendre officiellement position sur l'homéopathie. La raison? L'effet placebo est reconnu et semble applicable à cette méthode.

Les Académies admettent toutefois qu'il " n'est pas contraire à l'éthique ni aux bonnes pratiques d'user de préparations homéopathiques, dans les situations où l'emploi d'une thérapie complémentaire est souhaitée ".

" Que le médecin soit conscient qu'il use d'un placebo avec attente".

Dans leur rapport, les académies rappellent que cette méthode thérapeuthique a été introduite par Samuel Hahnemann à la fin du XVIII e siècle et qu'elle se fonde sur deux hypothèses: " celle des similitudes (soigner le mal par le mal) et celle des hautes dilutions".

Recommande: