Trump dit annuler des sanctions imposées récemment à Pyongyang — Etats-Unis

25 Mars, 2019, 01:25 | Auteur: Lynn Cook
  • Pyongyang retire son personnel du bureau de liaison commun à Gaeseong

La Corée du Nord a en effet retiré son personnel du bureau, a annoncé vendredi la Corée du Sud, quelques semaines après l'échec du deuxième sommet entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, le 28 février à Hanoï.

"Le Trésor américain a annoncé aujourd'hui que les sanctions existantes contre la Corée du Nord seraient étendues à d'autres sanctions majeures". Ainsi le 22 mars, d'un simple tweet dont il a secret, Donald Trump n'a pas hésité à désavouer publiquement l'action de son gouvernement sur l'épineux dossier nord-coréen.

Le bureau de liaison conjoint a ouvert ses portes le 14 septembre dernier, suite à un accord conclu par le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors de leur première rencontre en avril 2018.

Toutefois, selon le Washington Post, qui cite des responsables au sein de l'administration, le tweet du président ferait référence à des sanctions futures qui n'ont pas été annoncées et qui étaient programmées pour les "prochains jours". "Bien que la Corée du Nord se soit retirée, nous continuerons de travailler comme avant au bureau de liaison".

"Nous regrettons la décision du Nord", a déclaré Chun Hae-sung. C'est seul que le président des Etats-Unis a décidé d'aller contre l'avis de son propre ministère des finances. "Adam Schiff, un démocrate qui préside la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, a vivement critiqué le président pour cette annulation de sanctions " imposées hier seulement et promues par son propre conseiller à la Sécurité nationale, parce qu'il aime Kim ". Jeudi, le conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, avait ainsi déclaré que les sanctions visaient à empêcher la Corée du Nord de se livrer à des "pratiques illicites dans le trafic maritime". Face à la confusion suscitée par ce revirement, la Maison Blanche n'a pas souhaité donné d'explications, ni préciser la nature des sanctions. La Chine avait dénoncé ces sanctions contre deux de ses entreprises de transport maritime, affirmant qu'elle respectait les mesures internationales prises pour forcer la Corée du Nord à renoncer à son programme nucléaire.

Recommande: