Les 3 gardes à vue levées — Prison de Condé

09 Mars, 2019, 13:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Prison de haute sécurité de Condé-sur-Sarthe

Pour le secrétaire général CGT-Pénitentiaire Christopher Dorangeville, il faut que les syndicats soient reçus par la ministre "pour mettre sur la table les difficultés que l'on rencontre au quotidien". Seule une infirmière a pu entrer ce mercredi matin. Les barrages ont été reformés aussitôt. Soutenu par sa compagne, il est venu dans l'après-midi rendre visite à ses collègues qui bloquent depuis trois jours l'établissement pénitentiaire. Si l'empathie avec les collègues normands est malheureusement d'actualité, les surveillants haut-garonnais, eux, s'interrogent toujours sur la surpopulation de la prison: 1 200 prisonniers pour seulement 750 places. L'un des deux hommes a été blessé au niveau du thorax et l'autre au visage. Une vingtaine de surveillants opèrent un blocage total, selon le syndicaliste. L'attaque de mardi a entraîné le blocage de plusieurs prisons en France.

Trois autres établissements bloqués.

"Notre état d'esprit, c'est qu'on veut absolument que notre cause avance, qu'ils lâchent quelque chose".

Ce couple se trouvait dans l'unité de vie familiale (UVF) voisine de celle où s'est déroulée l'attaque menée par un détenu radicalisé, Michaël Chiolo, et sa compagne.

Après de vaines tentatives de négociations, le RAID avait lancé l'assaut vers 18h40, conduisant à l'interpellation du détenu et au décès de sa compagne.

"Aucune extraction, pas de transfèrement et du coup, du retard aux audiences du tribunal de grande instance ou encore, pour la prise en charge des parloirs." On regrette beaucoup de ne toujours pas avoir de retour du ministère de la Justice", déplore Nicolas François, délégué régional Occitanie du Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS). "Nous, de toute façon on ne lâchera pas, on ne peut pas continuer de travailler dans ces conditions", a-t-il ajouté. "On demande des établissements dédiés pour les détenus radicalisés et violents et pour les individus dangereux que l'on continue à disséminer un peu partout".

Recommande: