L'Etat peut pousser Ford à investir "plusieurs millions" d'euros — Blanquefort

05 Mars, 2019, 04:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • Emmanuel Macron lors d’un débat à Pessac

Dans un entretien au Parisien Dimanche, M. Le Maire annonce avoir "demandé à Ford qu'il affecte 20 millions d'euros à la réindustrialisation du territoire". Samedi, la secrétaire d'État à l'Économie Agnès Pannier-Runacher avait déjà déclaré que le gouvernement français était en mesure de peser sur Ford pour le pousser à investir "plusieurs millions" d'euros pour garantir la reconversion de son usine de Blanquefort. Ford, dont la volonté de fermer le site remonte au début de l'année dernière, a refusé l'offre de reprise de Punch Powerglide. Faute d'une communication de la Direction du Travail (Direccte), le Plan de sauvegarde de l'emploi scellant la fermeture de l'usine, site industriel emblématique de Gironde aux 850 salariés, devrait être ouvert dès mardi. Alain Juppé, encore maire de Bordeaux quelques jours avant son départ pour le Conseil constitutionnel, a pour sa part demandé à l'État "d'exiger de Ford de prendre enfin ses responsabilités pour financer un vrai plan de revitalisation du site".

Ford avait annoncé en février 2018 son intention de se désengager de cette usine implantée en 1972 aux portes de la capitale girondine, et qui compta, autour de l'an 2000 jusqu'à 3.600 salariés. "Une annonce qualifiée par la CGT de " posture combative " du gouvernement pour masquer son " impuissance ". "Alors est-ce pour faire oublier ce triste constat que le gouvernement adopte cette posture combative?", se demande-t-il.

Concernant ces derniers, Emmanuel Macron a affirmé que l'Etat et la région Nouvelle-Aquitaine allaient "mettre en place un dispositif de suivi personnalisé" afin de "présenter des offres d'emploi à ceux qui viennent de perdre le leur ou de leur proposer toute de suite des formations qualifiantes".

"Au même moment, le secrétaire général du syndicat CGT, Philippe Martinez, déplorait que le ministre " parle beaucoup sur les dossiers de reprises industrielles " comme Blanquefort, Ascoval, GM & S et Fonderies du Poitou mais " soit beaucoup moins efficace " en terme " d'action " dès qu'il y a des " gros entrepreneurs ou groupes en cause derrière ".

Recommande: