Algérie : Abdelaziz Bouteflika sera-t-il une fois encore candidat ?

05 Mars, 2019, 03:49 | Auteur: Lynn Cook
  • Manifestation d'Algériens à Marseille contre une 5e candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika le 3 mars 2019

"Le candidat Abdelaziz Bouteflika m'a mandaté, conformément à (...) la loi électorale pour déposer sa candidature à l'élection présidentielle", a déclaré Zaalane devant la presse au Conseil constitutionnel, avant de donner lecture d'une lettre de Bouteflika. Au pouvoir depuis 1999, il se déplace, selon AbjidianTv.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a pris "l'engagement", dimanche 3 mars, s'il était réélu, d'organiser "une élection présidentielle anticipée" à laquelle il ne sera pas candidat.

Pour ces manifestants, c'est un nouveau camouflet, et des rassemblements ont suivi dans plusieurs villes du pays.

Selon son directeur de campagne, qui a déposé le dossier, le président sortant va, s'il est réélu, conduire un dialogue national qui va aboutir à des élections dans un délai d'un an, un scrutin auquel il ne sera pas candidat. D'après le quotidien local, "la promesse du président de se retirer s'il est élu n'a pas fait baisser la pression de la rue".

Le fort déploiement policier autour du Conseil constitutionnel n'a pas empêché un cortège d'étudiants de tenter d'accéder à ses abords. Pour l'instant, c'est le directeur de campagne de Bouteflika qui s'est présenté au Conseil constitutionnel pour présenter sa candidature, ont indiqué des témoins.

En Algérie, la contestation anti-Bouteflika ne semble pas faiblir.

" Bouteflika, dégage! ", " Algérie libre et démocratique", ont scandé les manifestants, de nombreux automobilistes klaxonnant au passage en signe de solidarité. Handicapé par les séquelles de son AVC en 2013, qui l'a laissé aphasique et largement paralysé, il est hospitalisé en Suisse depuis plus d'une semaine pour des "examens médicaux périodiques".

Même Ali Belhadj, le sulfureux cofondateur du Front islamique du Salut (FIS), ce parti aujourd'hui dissous qui militait pour l'instauration d'un régime islamique en Algérie et qui a été arrêté par le pouvoir en février dernier, aurait reçu une invitation, selon le site AlgériePart. Le dossier de candidature de Bouteflika a été présenté dimanche 2 mars, rapportait la chaîne de télévision Ennahar TV.

"Non à un 5e mandat!".

"Alors que le dossier de candidature à la présidentielle du 18 avril de l'actuel chef de l'État doit être déposé dans les heures qui viennent, les orateurs criaient " leur révolte", appelaient à " l'État de droit et à la démocratie ".

"Pour Sabria Dehilis, secrétaire nationale chargée des médias à l'étranger du parti Les Avant-gardes des Libertés, le mouvement actuel de contestation sans précédent en Algérie et dans la diaspora préfigure un changement: " ça va être un printemps ". "Bouteflika défie les Algériens", accuse le journal, qui a choisi pour sa une un dessin d'Abdelaziz Bouteflika retranché derrière la police, reprenant la réplique de son homologue français, Emmanuel Macron, à propos des accusations portées contre lui au sujet de l'affaire Alexandre Benalla: "Qu'ils viennent me chercher", avait lancé Emmanuel Macron à l'intention de ses détracteurs.

Recommande: