Manifestations nocturnes contre la candidature Bouteflika — Algérie

04 Mars, 2019, 19:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Manifestations nocturnes contre la candidature Bouteflika — Algérie

Le dossier de candidature de Bouteflika a été déposé ce 3 mars, par son directeur de campagne, Abdelghani Zaalane, au terme de l'ultime jour du délai légal.

"Bouteflika ignore les marches contre le 5e mandat" et "a choisi de ne pas répondre aux demandes du peuple", regrette-t-il. "Il a fait son évaluation et à la suite de cette évaluation, il a décidé d'être candidat ".

Plusieurs centaines de jeunes ont défilé dimanche soir dans le centre d'Alger et ailleurs en Algérie pour protester contre la candidature, officiellement déposée plus tôt, d'Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle du 18 avril pour un 5e mandat.

Le clan d'Abdelaziz Bouteflika est-il prêt à tout pour rester au pouvoir? Un plaidoyer semblable à celui de Reporters.

Les opposants du président algérien ne sont pas convaincus.

D'autre marches nocturnes similaires ont eu lieu dans plusieurs autres villes du pays, selon le site d'information internet TSA (Tout sur l'Algérie), notamment à Jijel (250 km à l'est d'Alger), Boufarik (25 km au sud), Bouira et Guelma (82 et 350 km au sud-est). Et le président sortant est en bonne position pour ce scrutin.

Ces critiques sont partagées par les dessinateurs de presse.

Abdelaziz Bouteflika, qui est âgé de 82 ans, est absent de la scène publique depuis qu'il a été terrassé par un accident vasculaire cérébral en 2013.

Mobilisation également en France, où vivent de nombreux Algériens et Français d'origine algérienne: 6 000 manifestants hier à Paris, 1 500 à Marseille, qui compte une importante diaspora algérienne.

Mais le président et ses partisans semblent décidés à ne pas céder à la rue.

Face à la menace d'une déstabilisation dans un pays encore meurtri par la guerre civile contre les islamistes armés durant les années 1992-98, la France observe avec prudence la situation de crainte d'un procès en ingérence dans son ancienne colonie. "Que dire sur l'Algérie?".

C'est ce que constate une très grande majorité d'Algériens.

Plusieurs quotidiens français expriment malgré tout leur soutien à l'opposition algérienne. Les manifestations contre le 5eme mandat de Bouteflika ne font que s'intensifier reste à voir si le dirigeant algérien va réagir. "Longtemps, l'opinion a craint que se lever ferait courir le risque d'un scénario à la syrienne". Il estime qu'il est impossible que ce dernier ait recueilli plus de 5 millions de signatures, comme l'affirme son staff. "La société algérienne est une société qui n'a plus peur, alors que le pouvoir en place jouait de cette crainte pour se maintenir, contre vents et marées", prévient le journal. On voit à travers toutes ces hésitations, manœuvres, que ce pouvoir continue à essayer de gagner du temps. "Sa soif de démocratie, son envie de vivre, tout simplement".

Recommande: