Coup de théâtre au Conseil Constitutionnel : Rachid Nekkaz sème la pagaille

04 Mars, 2019, 23:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • Coup de théâtre au Conseil Constitutionnel : Rachid Nekkaz sème la pagaille

Le Conseil constitutionnel algérien a désormais jusqu'au 13 mars pour examiner les 60 000 signatures apportées par ce "nouveau" Rachid Nekkaz et décider si sa candidature est valide.

D'un côté, un certain Djamel Nekkaz qui se présente comme le parent du candidat explique comment lui et son frère Rachid Nekkaz ont échafaudé un plan pour démontrer à l'opinion publique que "le pouvoir à Alger" a décidé de fausser l'élection présidentielle en amont, soit avant même leur tenue en avril prochain. Les journalistes venus couvrir sa conférence de presse à la sortie de sa rencontre avec Tayeb Belaiz, président du Conseil Constitutionnel, ont été surpris de découvrir ce jeu de " ce candidat particulier ".

Cependant, il ne donne aucune nouvelle de son frère. Un coup de théâtre tellement inattendu qu'il a désorienté les observateurs les plus avertis et suscité la curiosité de tous les Algériens médusés par ces mises en scène vaudevillesques qui se déroulent sous leurs yeux ahuris.

L'ex bi-national franco-algérien Rachid Nekkaz a provoqué la stupeur en utilisant un subterfuge dont lui seul semble avoir le secret afin de maintenir sa candidature à l'élection présidentielle algérienne.

Ainsi il a comme stratégie de présenter son cousin aux élections et de gouverner l'Algérie en son nom. La précision "en Algérie" n'est pas fortuite et elle est de taille.

Né en 1974, le cousin de Rachid Nekkaz, un mécanicien de profession, a assuré, lors de la conférence de presse, qu'il était le "vrai Nekkaz", alors que l'autre Nekkaz, qui a sillonné le pays, n'est autre que son directeur de campagne. Devant ce fait surréaliste, le conseil constitutionnel a eu du mal à l'expliquer aux médias.

Recommande: