Vif émoi après la dégradation de la stèle d'une ancienne synagogue — Strasbourg

03 Mars, 2019, 11:25 | Auteur: Lynn Cook
  • La stèle de l'ancienne synagogue des Halles de Strasbourg a été vandalisée dans la nuit

La stèle rappelant l'emplacement de l'ancienne synagogue de Strasbourg, dynamitée par les nazis en 1941, a été vandalisée dans la nuit de vendredi 1er à samedi 2 mars, a annoncé la mairie qui dénonce une nouvelle " profanation ". C'est la stèle qui évoque ce drame, devant la place des Halles, qui a été vandalisée. "Il faut maintenant voir " si son ou ses occupants ont " commis l'acte", a-t-il dit.

Évoquant "la profanation de la stèle" sur sa page Facebook, le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries a lancé "une nouvelle fois: ça suffit!" après s'être "immédiatement rendu sur place pour constater les dégâts".

La stèle, sur laquelle on peut distinguer ce qui ressemble à des traces de levée avec un pied de biche, selon le journal L'Alsace, a été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi.

Nouvel acte antisémite. Cette fois, c'est un édifice qui commémore la destruction de la synagogue par les nazis le 12 septembre 1940 qui a été visé. Les restes du bâtiment furent dynamités l'année suivante. La nouvelle de cette dégradation, qui s'inscrit dans un contexte général de hausse des actes antisémites, a aussitôt suscité une cascade de condamnations politiques.

"Une enquête est en cours", a constaté, prudent, Thierry Roos, porte-parole du consistoire israélite du Bas-Rhin.

"Je condamne (cette) dégradation", a réagi sur Twitter aussi le président du Parlement européen, Antonio Tajani, appelant à "stopper la recrudescence de l'antisémitisme". Le maire a déjà dénoncé "un nouvel acte d'antisémitisme". "Le consistoire est consterné par la dégradation de cette stèle (.), que ce soit intentionnel ou non", a-t-il ajouté, dans l'attente des conclusions de cette enquête.

" Si vous détruisez un tel monument et que vous fuyez, vous êtes coupable [.] de vouloir, intentionnellement ou non, éliminer une certaine mémoire dans un contexte très tendu d'antisémitisme", a-t-il toutefois observé.

"L'antisémitisme porte atteinte aux valeurs de la République que tous les Français ont en partage", a également souligné la préfecture.

Le département a été frappé à plusieurs reprises par l'antisémitisme ces derniers mois.

Le 19 février, 96 tombes sur les 245 que compte le cimetière juif de Quatzenheim, au nord-ouest de Strasbourg, avaient été retrouvées recouvertes de croix gammées.

Cet acte de vandalisme intervient à la veille du rassemblement organisé ce dimanche 3 mars au cimetière de Quatzenheim, près de Strasbourg, pour dénoncer la profanation du cimetière.

Auparavant, un autre cimetière juif avait été découvert profané, le jour-même de l'attentat jihadiste contre le marché de Noël de Strasbourg, le 11 décembre, à Herrlisheim, au nord-est de Strasbourg: trente-sept stèles, ainsi que le monument des martyrs de la Shoah avaient été couverts de graffitis antisémites. L'enquête avait mis en évidence un mobile antisémite et cinq adolescents, qui avaient reconnu leur participation, avaient été condamnés en 2017 à des peines de huit à 18 mois de prison avec sursis.

Recommande: