Une fillette de 11 ans, victime d'un viol, subit une césarienne — Argentine

02 Mars, 2019, 17:45 | Auteur: Lynn Cook
  • Argentine Une fillette de 11 ans violée subit une césarienne le débat autour de l'avortement relanc

Elle tombe enceinte et dépose une plainte auprès de la justice de la province de Tucuman pour obtenir l'autorisation d'avorter. Sa mère avait formulé une demande d'avortement alors que la grossesse en était à sa 19e semaine. Il est fréquent en Argentine que les autorités fassent traîner les dossiers jusqu'à ce que l'avancement dans la grossesse soit tel qu'il rende un avortement impossible. Ils jugent que la fillette est en danger et qu'il faut donc pratiquer une césarienne. Selon Cecilia Ousset, une gynécologue qui a participé à l'intervention, ce n'était pas possible par voie basse: "Son corps n'est pas suffisamment développé pour (supporter) une grossesse de 23 semaines, et s'il l'avait été, les conditions psychologiques n'étaient pas réunies, du fait des nombreux abus qu'elle a subis". La législation argentine prévoit effectivement que la justice puisse autoriser une interruption de grossesse dans des circonstances extraordinaires de viol, ou de péril pour la mère. Pourtant, se désole l'avocate de la victime, le droit argentin autorise, à deux titres, l'IVG: lorsque la grossesse résulte d'un viol et lorsque la santé de la future mère est directement menacée.

Le fœtus de 5 mois est vivant lorsqu'il a été extrait du ventre de la fillette mais, selon les médecins, il y a peu de chance qu'il survive. "La volonté de l'enfant aurait dû être prise en compte". L'organisation féministe #NiUnaMenos, pro droit à l'avortement, a quant à elle, dénoncé la responsabilité de l'Etat que celle-ci tient pour responsable de la "torture de Lucia". Le gouvernement de la province de Tucuman s'est justifié en expliquant avoir effectué " les procédures nécessaires pour sauver les deux vies ". Le dernier projet de loi pour tenter d'élargir l'accès à l'avortement a été rejeté en 2018.

Au pays du pape François, la population est divisée sur la question de l'avortement et un débat passionné oppose deux camps fortement mobilisés.

Recommande: