Net repli du pétrole après une charge de Trump contre l'Opep

28 Février, 2019, 00:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • TRUMP APPELLE L'OPEP À SE CALMER JUGE LES COURS TROP HAUTS

L'Opep ne croit pas non plus que le niveau actuel des prix, autour de 65 dollars pour le Brent, encouragera la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, a-t-elle ajouté. A New York, le baril de WTI américain pour la même échéance perdait 1,12 dollar à 56,14 dollars. "Le monde ne peut pas encaisser une hausse des prix - trop fragile!", a réclamé Trump sur Twitter. Le président américain Donald Trump s'est dit satisfait de la tournure que prennent les négociations commerciales avec Pékin et a annoncé une prolongation de la trêve dans le conflit qui oppose les deux premières puissances économiques mondiales.

Cette mesure a contribué à la remontée des prix depuis le début de l'année: les cours ont atteint leurs plus hauts en trois mois vendredi, à 67,73 dollars pour le Brent et à 57,81 dollars pour le WTI. Les pays de l'Organisation pétrolière et ses partenaires, dont la Russie, tiendront une réunion les 17 et 18 avril à Vienne afin d'estimer si leur politique de réduction de la production engagée depuis début janvier doit être maintenue ou amendée.

Le locataire de la Maison Blanche avait déjà critiqué l'OPEP pour ses efforts à maintenir les prix de l'or noir à un prix élevé. La production en Libye est de son côté perturbée depuis plusieurs semaines par des conflits entre camps rivaux. Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l'Opep (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djeno (Congo), Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale), Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran), Basra Light (Irak), Kuwait Export (Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela).

De nombreux analystes soulignaient toutefois que la production hebdomadaire des États-Unis vient parallèlement de se hisser au niveau record de 12 millions de barils par jour. Et les exportations iraniennes sont toujours freinées par les sanctions imposées par Washington depuis novembre.

Recommande: