Le passage à l'euro aurait nui aux Français

28 Février, 2019, 10:06 | Auteur: Aubrey Nash

Selon le Centre de Politique Européenne, la France et l'Italie sont les pays qui ont le plus pâti de l'adoption de l'euro.

Le montant est assez similaire pour les Pays-Bas avec (21.003 euros).

Le centre s'inscrit dans la tradition de l'école de Fribourg, d'inspiration libérale.

Selon une étude du think-tank allemand Centre de politique européenne (CEP) intitulée "20 ans de l'Euro: les perdants et les gagnants, une enquête empirique", chaque Français aurait perdu près de 56000 euros par habitant entre 1999 et 2017. La méthode retenue consiste à imaginer une évolution du PIB pour chaque pays, dans l'hypothèse où l'euro n'aurait pas existé. Ces différentes projections fascinantes ont été réalisées en recréant virtuellement des trajectoires économiques avec l'aide d'algorithmes. Le think tank précise que l'influence des évènements économiques indépendants est neutralisée. A contrario, le manque à gagner atteindrait 374 milliards d'euros pour le PIB français, soit 5.570 euros par habitant. Les Grecs, pourtant plongés dans une crise économique depuis 2010, ont eu un gain de 190 euros par habitant. Concernant l'Allemagne, pas de surprise: le pays s'est servi de l'euro, plus stable que le Deutsche Mark, pour exporter ses produits de haute valeur ajoutée.

Les deux pays les plus négativement impactés sont l'Italie et la France.

À l'inverse, l'Allemagne est la grande gagnante du passage à la monnaie unique avec 280 milliards d'euros de PIB supplémentaires en 2017, soit un gain de 3.390 euros par habitant. Le bilan global semble donc, à l'échelle de l'économie européenne, plutôt négatif. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la France et l'Italie avaient en effet eu plusieurs fois recours à la dévaluation du franc et de la lire, pour soutenir leur compétitivité.

"Pour profiter de l'euro, la France doit suivre avec rigueur la voie de la réforme du président Macron", estiment les auteurs de l'étude qui détaillent: "le pouvoir des syndicats a été réduit et la négociation des salaires et des conditions de travail au niveau de l'entreprise a été facilitée".

Recommande: