Tesla pourrait payer cher les tweets d'Elon Musk

27 Février, 2019, 18:25 | Auteur: Aubrey Nash
  • Un chargeur de voitures Tesla le 30 janvier 2019 à Petaluma

Quatre heures plus tard, le milliardaire tentait de sauver les meubles: "voulais dire que le taux de production annualisé à la fin de 2019 serait probablement d'environ 500'000 (unités), c'est-à-dire 10'000 voitures par semaine".

Ainsi, si la justice donne suite à la plainte de la SEC, Elon Musk risque d'être condamné pour outrage au tribunal, ce qui aurait pour conséquence une nouvelle amende.

Pour le gendarme de la Bourse il n'y a pas de doute, Elon Musk a enfreint les règles qu'il s'était engagé à respecter dans un accord à l'amiable conclu avec la SEC mi-octobre 2018 et qui devait empêcher tout tweet intempestif pouvant influer sur le cours de l'action de l'entreprise.

Pourtant, le 19 février dernier, Elon Musk s'est rendu sur le réseau social de Jack Dorsey pour annoncer que Tesla allait produire 500 000 voitures en 2019. "M. Musk n'a ni cherché ni obtenu d'approbation pour la publication de ce tweet qui était inexact et a été diffusé auprès de plus de 24 millions de personnes ". En effet, dans sa communication officielle, le constructeur de voitures électriques avait fait savoir aux actionnaires que son objectif de production pour 2019 était de 400 000 véhicules.

Si la justice lui a donné deux semaines pour apporter la preuve de sa bonne foi, les experts estiment que le conseil d'administration de Tesla, dont Elon Musk a le contrôle, a très peu d'options. "Aucun PDG ne survivrait à cet incident", estime Charles Elson, spécialiste en gouvernance d'entreprises à l'université du Delaware. Et selon la SEC, c'est un avocat de Tesla qui a aidé Elon Musk à écrire le second tweet, anticipant les problèmes que cela pourrait poser à l'autorité de régulation des marchés financiers.

L'affaire est maintenant dans les mains du juge qui devra trancher. Le tweet s'était avéré sans fondement mais il avait fait perdre beaucoup d'argent aux investisseurs qui avaient parié contre l'entreprise.

L'action de Tesla reculait de plus de 4,5 % après la clôture de la bourse lundi.

Elon Musk n'a jamais fait mystère de son mépris pour ces financiers qui ne croient pas en lui et il a été soupçonné d'avoir orchestré toute l'affaire pour les punir.

Pour clôturer son enquête, la SEC avait forcé Elon Musk à abandonner la présidence du conseil d'administration de l'entreprise qu'il a co-fondée et qu'il porte à bout de bras. Dans la foulée, le milliardaire se doit de payer une amende de 20 millions de dollars. Par ailleurs, en vertu de ce même arrangement, les tweets du patron devaient être passés en revue par le conseil légal de Tesla avant d'être publiés.

Recommande: