Disparition d'Emiliano Sala : l'avion n'était pas autorisé pour des vols commerciaux

26 Février, 2019, 10:41 | Auteur: Ruben Ruiz
  • FC Nantes – Disparition d'Emiliano Sala: ce que nous apprend le premier rapport d'enquête

Pour rappel, leur avion s'était crashé le 21 janvier dernier au large de l'île de Guernesey dans des circonstances floues. On pense que la licence et le journal de bord du pilote ont été perdus avec l'aéronef et donc les notes sur ses licences et leur validité, et l'étendue de ses récents vols n'a pas encore été déterminée.

Il y a un peu plus d'un mois, le 21 janvier 2019, l'avion (le Piper Malibu) transportant Emiliano Sala et son pilote, David Ibbotson, a disparu des radars.

"La base sur laquelle le passager (Emiliano Sala) était transporté n'a pas encore été établie ", ajoutent-ils. "Il faut aussi que le pilote ait un objectif véritable pour effectuer le vol. C'est lui qui doit dicter le moment du vol. Le vol ne doit pas être fait dans le seul but de transporter le passager". Cardiffs'est dit également "inquiet de découvrir que le voyage impliquait un avion qui n'était pas conforme aux exigences de la CAA (britannique) ou de la FAA (américaine) en matière d'activité commerciale et qui, par conséquent, pouvait avoir été utilisé illégalement". Si le rapport indique dans un premier temps que David Ibbotson "possédait une licence privée PPL délivrée par le Royaume-Uni", il explique aussi que ce document ne permet pas au pilote de transporter des passagers contre une récompense. Une telle licence ne contient pas forcément une autorisation pour voler de nuit.

L'avion avait décollé de Nantes à 19h15.

Le Piper est alors descendu à environ 488 m du sol à une vitesse de 128 km/h (soit 35,6 m/sec), avant de reprendre vite de l'altitude (à 701 m) quelques secondes plus tard, puis de perdre subitement le contact radar.

Au fond de la mer, un robot a montré les vidéos de l'avion très endommagé et décomposé en trois parties.

Selon les données du Met Office, le service public britannique de prévisions météorologiques, "l'altitude de gel se situait entre 3 000 et 4 000 pieds (914 et 1220 m) au-dessus du niveau de la mer", précise l'AAIB.

Le corps d'Emiliano Sala avait été retrouvé à bord de l'épave de l'avion et récupéré le 7 février. Ces premiers éléments établissent notamment le trajet de l'appareil lors des dernières minutes de vol, ainsi que des informations sur le pilote, David Ibbotson. Au-delà de cette énumération de données enregistrées, l'organisme ne livre aucune explication à l'accident du monomoteur, qui ne disposait pas de boîte noire, comme le lui permettait la réglementation.

Toutefois, plusieurs zones d'ombre persistent toujours.

Recommande: