Brexit: le Parti travailliste soutient un second référendum

26 Février, 2019, 08:22 | Auteur: Lynn Cook
  • TROIS MINISTRES DE MAY S'ENGAGENT POUR UN REPORT DU BREXIT CONTRE LE RISQUE DE

En reportant ainsi de 21 mois l'échéance du 29 mars prochain pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, Bruxelles et Londres se ménageraient le temps de négocier leur relation future (essentiellement au niveau commercial). Celle-ci requiert notamment le maintien du Royaume-Uni au sein d'une union douanière avec l'UE, auquel Theresa May est farouchement opposée.

Le Parti travailliste, principal parti d'opposition, a répliqué en annonçant qu'il allait soutenir au Parlement un amendement favorable à un second référendum pour "éviter le Brexit destructeur" des conservateurs, un soutien que son chef Jeremy Corbyn s'était jusqu'ici refusé à accorder.

" Ils se sont accordés sur la nécessité de conclure ce travail à temps avant le Conseil européen du 21 mars", a ajouté Mina Andreeva.

La publication de cette perspective d'un report à long terme du Brexit a immédiatement été analysée par d'aucuns comme une nouvelle stratégie destinée à faire pression sur certains députés dans l'espoir qu'ils valident le plan de retrait actuel.

Plusieurs médias britanniques se faisaient l'écho lundi de sources européennes indiquant que, si la Première ministre Theresa May ne parvenait pas à rallier une majorité parlementaire sur un Brexit ordonné et sollicitait un report, l'UE serait partisane d'un renvoi à 2021.

Même la Première ministre britannique y pense. Theresa May a précisé que les négociateurs britanniques retourneraient à Bruxelles mardi et qu'elle ferait ce jour-là une déclaration devant la Chambre des communes. Le report du Brexit, pour éviter une sortie brutale, sans accord, à la date fatidique du 29 mars, est désormais l'option la plus " rationnelle ", a indiqué lundi le président du Conseil européen Donald Tusk, en clôture du premier sommet entre l'UE et la Ligue arabe, à Charm el-Cheikh (lire par ailleurs). "Elle souhaite obtenir des " changements contraignants " au " filet de sécurité ", une disposition décriée au Royaume-Uni, censée garder ouverte la frontière en Irlande après le Brexit.

Dans son édition de mardi, le Times estime que l'annonce de Jeremy Crobyn devrait avoir l'effet d'une "sonnette d'alarme" auprès des tories et de les pousser à "se rassembler derrière l'accord (en négociation) de Theresa May". "Parvenez à une conclusion et concluez un accord", a-t-il dit. "Ils ne donnent pas plus de certitude aux entreprises, ils ne règlent aucun des dilemmes ou des compromis qui sont inévitables dans ce genre d'affaire".

Recommande: