Philippines : 18 morts dans un attentat contre une cathédrale - L'Info Évangélique

30 Janvier, 2019, 00:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Jolo archipel de Sulu ce dimanche 27 janvier 2019.                  HANDOUT  AFP

"A la suite de ce quatrième attentat en l'espace de six mois dans cette région, il est rappelé que les déplacements sont formellement déconseillés sur les archipels de Sulu et Tawi-Tawi et l'île de Basilan, au sud et à l'ouest de Mindanao, ainsi que dans la moitié sud de l'île de Palawan". Selon les mêmes sources, ce double attentat a eu lieu deux jours après l'annonce de l'approbation massive de cette région autonome sur un territoire à majorité musulmane. "C'était le frère du chef qui a été abattu", a-t-il dit, en parlant d'images prises devant la cathédrale. L'île de Jolo est un des principaux bastions d'Abou Sayyaf.

Dans un communiqué, l'EI a affirmé que deux kamikazes s'étaient fait exploser à l'intérieur de la cathédrale et dans le parking à l'extérieur, selon le Centre américain spécialisé dans la surveillance de la mouvance jihadiste (SITE). La deuxième bombe se trouvait dans le coffre d'une moto garée à l'extérieur de l'édifice. La police a estimé que les deux bombes avaient été déclenchées à distance, sans plus de précisions.

Créé dans les années 1990 grâce aux financements d'un membre de la famille du chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden, Abou Sayyaf est une ramification extrémiste de l'insurrection séparatiste musulmane.

150 000 personnes sont mortes dans les années 1970 en raison de l'insurrection qui réclamait l'indépendance du sud des Philippines.

"C'est un grand défi pour le gouvernement de Bangsamoro", a ajouté M. Banlaoi.

Des mouvements islamistes armés sont présents dans cette région. "La tâche à laquelle il est confronté est énorme", poursuit-il. "Je rappelle ma plus ferme réprobation pour cet épisode de violence, qui apporte de nouveaux deuils dans cette communauté chrétienne, et j'élève mes prières pour les défunts et pour les blessés".

L'an dernier, le président Duterte avait décrété la loi martiale dans le sud du pays, après la prise de la ville de Marawi par des djihadistes se réclamant de l'EI en mai 2017. Mais l'impact de cet attentat constitue aussi "une tragédie en termes de développement" économique.

Recommande: